Coupe Davis : Noah fidèle à sa logique

le
0
Coupe Davis : Noah fidèle à sa logique
Coupe Davis : Noah fidèle à sa logique

L'équipe de France de Coupe Davis ne dépend plus des Quatre Mousquetaires. Le message n'avait pas été clair au premier tour en Guadeloupe mais il l'est depuis le quart en République tchèque à Trinec. Lucas Pouille ainsi que la paire Nicolas Mahut - Pierre-Hugues Herbert ont rebattu les cartes avec le consentement de Yannick Noah. A Zadar, pour cette demi-finale face aux Croates (du 16 au 18 septembre), on ne verra ni Richard Gasquet ni Gilles Simon : l'un est à court de forme, l'autre a le jeu à l'envers. Il y a peu, ces défections auraient commencé à plomber les Bleus, mais c'est fini : il n'y a plus d'hésitation ni de confiance aveugle. « La sélection a été facile à faire », a affirmé Noah hier à New York en annonçant son groupe.

 

Jo-Wilfried Tsonga et Gaël Monfils seront donc les seuls « anciens ». Et même eux n'ont aucune garantie sur l'importance de leur rôle. « Maintenant, la question est de savoir qui sera titulaire », lance ainsi le capitaine. C'est que Lucas Pouille, exemplaire à Trinec, brillant à New York, a mis la pagaille. « Quand un nouveau joueur arrive dans un groupe et en plus grâce à ses résultats et avec cette attitude, forcément, ça crée une émulation. Car, pour être dans l'équipe aujourd'hui, il faut gagner beaucoup de matchs et ça n'a pas toujours été le cas. »

 

Plus ou moins mis sur la touche d'office il y a encore peu, Herbert et Mahut sont, eux, devenus les incontournables du double. Si on surveille le bras droit de Mahut et la fatigue mentale d'Herbert, les champions de Wimbledon gardent la confiance de Noah. Finie, l'époque où tout s'articulait, en simple comme en double, trois jours durant, sur Tsonga ? « On a une équipe où on peut se passer d'un, deux ou trois joueurs et rester compétitifs, lance Noah. Tous les joueurs sont remplaçables, c'est ça notre force. »

 

En ce qui concerne l'image écornée des Bleus après Rio, Noah tourne la page. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant