Coupe Davis : Lucas Pouille répond à Lukas Rosol

le
0
Coupe Davis : Lucas Pouille répond à Lukas Rosol
Coupe Davis : Lucas Pouille répond à Lukas Rosol

Lucas Pouille s'est imposé face à Jiri Vesely (7-6, 6-4, 7-5) et remis la France sur les bons rails après la défaite de Jo-Wilfried Tsonga en cinq manches devant Lukas Rosol (4-6, 6-3, 6-4, 6-7, 4-6), vendredi à Trinec.

Passée l’émotion engendrée par une vibrante marseillaise, entonnée à l’unisson par le groupe France, en hommage aux victimes du terrible attentat perpétré à Nice le 14 juillet, le tennis a rapidement repris ses droits à Trinec, vendredi. Face à Jo-Wilfried Tsonga, sans doute encore touché dans sa chair par l’horreur, Lukas Rosol n’a pas versé dans les sentiments, ou du moins les avaient-ils laissés au vestiaire dans un premier temps. Solide au service, sauvant tout de même deux balles de break dans la première manche, le Tchèque prenait sa chance en coup droit, ne se gênant pas pour punir le Français à sa première occasion de ravir le service adverse. Dos au mur après la perte du premier set, le Français gérait à merveille la pression dans la manche suivante, contrairement à son adversaire, plus enclin à dégoupiller au moindre fait de jeu, ou échange, en sa défaveur. Une double faute au service et deux grossières fautes directes plus tard à 4-3 en faveur du Français, et Rosol laissait au n°1 tricolore le soin de servir pour virer en tête dans cette partie.

Tsonga avait deux balles de match

Une occasion en or conclue par un jeu blanc qui propulsait Tsonga vers l’acquisition d’un premier point capital en ce week-end de Coupe Davis. Oui mais voilà, Lukas Rosol est l'homme d'un jour, capable de se sublimer dans les grands rendez-vous, et ce 15 juillet en est un, assurément. Le Tchèque sort donc l'artillerie lourde et matraque le Français au service jusqu'au jeu décisif de la quatrième manche, irrespirable. Il sauve alors deux balles de match de fort belle manière et embarque Tsonga dans un cinquième set de tous les dangers. Le vent a tourné en faveur du joueur local et la suite des opérations ne fait que le confirmer. Jo-Wilfried Tsonga cède sa mise en jeu dès l'entame de l'ultime set sous les yeux défaits de son capitaine, Yannick Noah. Et s'il réussit de suite à recoller au score au prix d'un bel effort en retour, le Manceau ne fait pas illusion très longtemps. Les fautes se multiplient de part et d'autre, mais la réussite est tchèque et le dernier break en faveur de Rosol à 4-3 est salvateur. Malgré un dernier jeu accroché, le 78e joueur mondial offre le premier point à son pays sur sa troisième balle de match.

Lucas Pouille tout feu tout flamme

Heureusement pour l'équipe de France, un jeune joueur de 22 ans brille par son talent et son insouciance depuis quelques mois maintenant. Le jeune Lucas Pouille, dont on doit la sélection au flair du capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis, Yannick Noah, a une nouvelle fois étalé les qualités qui font de lui la révélation de cette saison sur le circuit ATP. Un caractère bien trempé, mêlé à une force de travail sans égale. Huitième bizut lancé par Yannick Noah en tant que capitaine, le protégé d'Emmanuel Planque a une nouvelle fois surpris son monde. Disputer un premier match de Coupe Davis dans un contexte hostile, lorsque son pays est dos au mur, bien des joueurs n'y aurait pas résisté. Lui est resté solide dans la tête lorsque les aces pleuvaient sur balle de break en sa faveur, et lucide lorsqu'il fallait tirer les passings à bon escient, notamment dans le jeu décisif de la première manche, admirablement maîtrisé par le Français. Bref, ce jeune homme grandit vite et quelque chose nous dit que ce 15 juillet marque le début d'une grande aventure entre Lucas Pouille et l'équipe de France de Coupe Davis.

Un tour d'honneur pour fêter ça

Sa rage de vaincre au moment d'exulter en dit long sur sa volonté de bien faire, et les mots adressés sur la chaise lors des changements de côté par Yannick Noah, qui fut un temps son conseiller, ont sans doute contribué à faire ressortir cette force tranquille, chère à Jacques Séguéla, qui lui a permis de prendre l'ascendant dans cette rencontre. Le tout récent 21e joueur mondial s'est ensuite précipité vers le public, ses copains de l'équipe de France, et enfin le président Jean Gachassin qui l'attendait avec impatience en passionné qu'il est. Place désormais au double avec la paire Herbert/Mahut qui aura pour objectif de faire valoir son statut de favorite et étrennera pour la toute première fois son costume de meilleure équipe de double au monde. [fpvideo mediaid='digiteka' url='http://www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01343059/zone/1/showtitle/1/src/u50s05']
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant