Coupe Davis: les Tchèques veulent coupler les trophées

le
0
LES TCHÈQUES À L'ASSAUT DE L'ESPAGNE EN FINALE DE LA COUPE DAVIS
LES TCHÈQUES À L'ASSAUT DE L'ESPAGNE EN FINALE DE LA COUPE DAVIS

par Jason Hovet

PRAGUE (Reuters) - Poussée par un public bouillant et sans doute favorisée par une surface ultrarapide, la République tchèque défie l'Espagne, tenante du titre, ce week-end en finale de la Coupe Davis à Prague avec l'ambition de réaliser un doublé rarissime.

Deux semaines après les femmes, victorieuses de la Serbie en finale de la Fed Cup, les hommes emmenés par Tomas Berdych vont tenter de ravir l'autre trophée par équipe. Depuis les Etats-Unis, il y a 22 ans, aucun pays n'a réussi cette passe de deux.

La tâche s'annonce cependant compliquée face à l'Espagne, même privée de Rafael Nadal, qui vise un quatrième titre en cinq ans, seule la France lui ayant coupé la route du succès en 2010, en quarts de finale.

Les Tchèques - rossés 5-0 par ces mêmes Espagnols sur la terre battue de Barcelone en 2009 -, ne doivent pas trop se réjouir de l'absence de l'ancien numéro un mondial.

Mais les hommes de Jaroslav Navratil se veulent confiants, à l'image de Radek Stepanek, 37e à l'ATP.

"Barcelone a été une bonne expérience car nous avons beaucoup appris et peut-être que nous pourrons nous servir de cette expérience devant notre public", a dit l'ancien huitième joueur mondial.

"La chose la plus importante est d'avoir trois points dimanche. C'est pour ça que nous sommes ici, c'est ce sur quoi nous sommes focalisés."

Aux côtés de Stepanek, Berdych, sixième mondial et qui vient de participer aux Masters de Londres, disputera les simples, Lukas Rosol et Ivo Minar étant retenus en double.

Tous auront le fol espoir de remporter la Coupe Davis pour la deuxième fois de l'histoire de ce pays, après le succès en 1980 d'une équipe encore appelée Tchécoslovaquie.

"TRÈS OUVERT"

Certes, les Tchèques auront l'avantage de recevoir sur une surface qu'il ont choisie mais ils ne devront pas oublier que les Espagnols, déjà privés de leur leader, avaient été capables d'aller soulever le Saladier d'argent, en Argentine, sur un court synthétique indoor, en 2008.

En l'absence de Nadal, David Ferrer, cinquième mondial et qui vient, lui aussi, de disputer le Masters au terme de la plus belle saison de sa carrière, conduira l'équipe.

Le capitaine Alex Corretja lui a adjoint Nicolas Almagro, 11e à l'ATP, pour les simples. En double, le choix s'est logiquement porté sur Marcel Granollers et Marc Lopez, qui sont devenus lundi à Londres les premiers Espagnols à remporter le Masters de double depuis 37 ans.

"Le court favorise davantage les Tchèques que nous mais c'est une finale de Coupe Davis et je suis sûr que cela va être serré", a dit Ferrer, qui vient de remporter deux tournois indoor, chez lui à Valence fin octobre puis le Masters 1.000 de Paris-Bercy en début de mois.

En bon observateur de la compétition, le numéro un mondial, Novak Djokovic, vainqueur de la première Coupe Davis de l'histoire de la Serbie il y a deux ans, rejoint Ferrer dans son pronostic.

En 2010, dans une Belgrade Arena en surchauffe depuis trois jours, les Serbes avaient dû attendre le cinquième match décisif contre la France, avant de soulever le trophée.

"Jouer à domicile est important en Coupe Davis et le soutien sera énorme pour les Tchèques mais d'un autre côté, l'Espagne a l'équipe qui a connu le plus de succès ces cinq ou dix dernières années. Mon avis est que ce sera très ouvert", a prédit Djokovic, qui vient d'achever sa saison sur une victoire à Londres.

Chrystel Boulet-Euchin pour le service français, édité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant