Coupe Davis: l'Argentine devant, la France veut y croire

le
0
LA FRANCE, MENÉE 2-1 PAR L'ARGENTINE EN QUARTS DE LA COUPE DAVIS, VEUT GARDER ESPOIR
LA FRANCE, MENÉE 2-1 PAR L'ARGENTINE EN QUARTS DE LA COUPE DAVIS, VEUT GARDER ESPOIR

par Rex Gowar

BUENOS AIRES (Reuters) - L'Argentine a pris samedi un avantage qui pourrait bien être décisif dans le quart de finale de Coupe Davis qui l'oppose à la France en remportant le double pour mener 2-1.

David Nalbandian et Horacio Zeballos ont battu la paire tricolore composée de Julien Benneteau et Michaël Llodra sur le score de 3-6 7-6 7-5 6-3 entre trois heures et deux minutes.

Les Argentins ont pourtant été menés 4-1, puis 5-2 dans la deuxième manche au cours de laquelle ils ont dû sauver des balles de deux manches à zéro avant de l'emporter.

"Les deux matches de demain (dimanche) vont être très durs à gagner aussi pour les Argentins. Je reste confiant, on a toujours nos chances de passer cette étape", a dit Arnaud Clément, visiblement adepte de la méthode Coué.

"Ce soir, on n'a peut-être pas un grand sourire, mais on ne va pas non plus faire la gueule car la rencontre n'est pas perdue. Je suis persuadé que nous avons les atouts pour renverser la rencontre et la remporter."

Pour sa première année sur la chaise de capitaine, il possède déjà - expérience de joueur oblige - toutes les subtilités liées à sa fonction.

"Si on veut gagner la Coupe Davis, il faut être capable de renverser cette situation", a répété Clément qui a fait d'une nouvelle victoire des Bleus dans l'épreuve son objectif premier, et ce, dès cette année.

"Depuis des mois, mes joueurs ont mis la Coupe Davis au rang des priorités dans leur programme. C'est quelque chose de très important. Par le passé, on s'est retrouvé dans la situation de mener et on a perdu. A un moment donné, pour gagner la Coupe Davis, il va falloir faire quelque chose de très dur à faire."

Vendredi, Jo-Wilfried Tsonga avait donné le premier point à l'équipe en battant Carlos Berlocq en cinq sets, avant que Gilles Simon ne s'incline en trois manches face au numéro un argentin Juan Monaco.

CHANGEMENTS POSSIBLES

Dimanche, Tsonga, huitième à l'ATP, tentera de remettre les deux équipes à égalité avant un éventuel cinquième match décisif entre Berlocq et Simon - dont la capacité à tenir sa place n'est pas assurée.

Promu numéro deux français à la place de Richard Gasquet, touché à la cheville, Simon a connu un premier match compliqué au cours duquel il a dû faire intervenir le kiné sur le court.

Le Niçois, 13e mondial, peut encore, comme l'autorise le règlement, être remplacé pour le dernier simple, soit par Benneteau, soit par Llodra.

"On fera le point tous ensemble ce soir (samedi) et on saura demain", a dit Clément, qui a jusqu'à une heure avant le début des rencontre prévues dimanche à 13h30 GMT pour délivrer le nom de ses joueurs.

"Il y a énormément de paramètres qui entrent en jeu : l'état physique, l'état psychologique de chacun, les adversaires potentiels, l'envie... Ce sera une discussion que l'on aura ensemble et que j'aurai également avec chacun de mes joueurs."

Clément envisage aussi la possibilité de voir son alter-ego Martin Jaite, effectuer également un changement.

"Je pense que c'est probable. On voit plus Zeballos ou Nalbandian jouer le match décisif s'il doit y en avoir un. On verra ça le moment venu si on est à 2-2", a-t-il dit.

Le vainqueur de ce quart de finale rencontrera soit le Kazakhstan, soit la République tchèque, tenante du titre et qui mène actuellement 2-1 à Astana.

Chrystel Boulet-Euchin pour le service français, édité par Tangi Salaün

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant