Coupe Davis : Gachassin ne comprend pas pour Monfils mais se félicite pour Noah

le
0
Coupe Davis : Gachassin ne comprend pas pour Monfils mais se félicite pour Noah
Coupe Davis : Gachassin ne comprend pas pour Monfils mais se félicite pour Noah

Jean Gachassin revient dans la Dépêche du Midi sur l’élimination des Bleus face à la Croatie. Le président de la FFT pour encore quelques mois avoue qu’il n’a pas tout compris au forfait de dernière minute de Gaël Monfils. Il se dit en revanche impressionné par l'apport de Yannick Noah.

Yannick Noah, le capitaine, et Gaël Monfils, l’absent de dernière minute. Depuis vendredi dernier, il n’y en a que pour eux. L’élimination de l’équipe de France de Coupe Davis en demi-finale face à la Croatie (3-2) n’a rien changé à la donne. Au lendemain de ce nouvel échec des Bleus, il n’est encore question que de Noah et Monfils. Le premier pour l’esprit qu’il a insufflé à ses joueurs, le second en raison de ce forfait énigmatique d’un joueur qui dunkait encore sur un panneau de basket quelques heures plus tôt. Même Jean Gachassin a dû mal à comprendre ce qu’il a bien pu se passer pour que le Parisien renonce à 48 heures du début des hostilités à Zadar alors qu'il semblait en pleine forme deux jours avant. « J'ai été surpris de la manière dont ça s'est passé. Gaël vient, semble en forme, joue au basket et repart ! Je n'ai pas tout compris. Je le croyais apte », avoue dans la Dépêche du Midi celui qui a vécu en Croatie sa dernière campagne en tant que président de la Fédération française de tennis.

Gachassin : « Meneur d’hommes, c’est un don. Noah a ça. »

Mais au moment de passer bientôt la main, l’ancien joueur de l’équipe de France de rugby se félicite d’avoir provoqué le retour de Yannick Noah au poste de capitaine. Le week-end qu’il vient de passer à Zadar, avec le dénouement malheureux que l’on sait, a encore conforté le natif de Bagnères-de-Bigorre dans son choix de confier l’équipe de France au dernier vainqueur français de Roland-Garros. « Pour moi, Noah a été parfait. Il a amené quelque chose de fort sur l'état d'esprit. Ce qu’il a amené de plus par rapport à Forget et Clément ? De la confiance et un état d'esprit vraiment différent. Il y a des capitaines simplement sympathiques, d'autres qui transcendent et qu'on a envie de suivre au bout du monde. Meneur d'hommes, c'est un don. Noah a ça. »

Gachassin : « « Tous les candidats à ma succession ont envie que Noah reste »

Avec du recul, Gachassin regrette même de ne pas avoir pensé plus tôt à celui qui avait propulsé deux fois les Bleus au sommet du tennis mondial, en 1991 et 1996. « J'aurais peut-être pu aller chercher Noah plus tôt. Mais je ne sais pas s'il aurait été disponible. Il était chanteur avant tout. Alors, disons, mieux vaut tard que jamais. Mauresmo aussi, je n'y avais pas pensé tout de suite. Après, je pense que Forget était un excellent capitaine, que Clément connaissait son métier. Mais celui-ci était trop jeune pour la fonction et trop près des joueurs qu'il dirigeait… C'était d'ailleurs le choix des joueurs. On l'avait validé. » Lors de la prochaine édition de la Coupe Davis, Gachassin, élu en 2011 puis réélu en 2013, ne sera plus là, mais pour l’équipe de France, il espère de tout cœur que Noah sera toujours aux commandes. Ce dont il ne doute pas vraiment. « Je ne pense pas qu’il partira, il a toujours envie (…) Tous les candidats à ma succession ont envie que Noah reste. » Pour Gaël Monfils, c’est beaucoup moins sûr.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant