Coupe Davis: Forget maintient le suspense pour son numéro deux

le
0
GUY FORGET MAINTIENT LE SUSPENSE POUR SON N°2 EN COUPE DAVIS
GUY FORGET MAINTIENT LE SUSPENSE POUR SON N°2 EN COUPE DAVIS

VANCOUVER (Reuters) - L'équipe de France de coupe Davis s'apprête à débuter sa campagne 2012 au Canada avec une bonne dose de certitudes même si Guy Forget n'a pas voulu indiquer ses deux joueurs de simple.

Le capitaine tricolore, qui va vivre à Vancouver sa trente-septième rencontre sur la chaise, attendait une dernière réunion d'équipe pour savoir s'il allait lancer Gaël Monfils au côté de Jo-Wilfried Tsonga, 6e mondial.

La solide séance d'entraînement que les deux leaders Français ont livrée mercredi après-midi sur le tapis posé dans la patinoire de l'Université de Colombie Britannique, tendrait à prouver que oui. Mais Guy Forget, comme à son habitude, ne livrera son verdict que lors du tirage au sort, jeudi midi.

"On était un peu inquiets avant l'arrivée de Gaël", a déclaré à Reuters Guy Forget. "Je ne pense pas qu'il soit encore à 100%. Mais compte tenu de sa douleur au genou, je l'ai trouvé plutôt bon à l'entraînement, il tape bien la balle, preuve que les trois matches gagnés à Montpellier lui ont fait du bien. Maintenant, il y a l'aspect inflammation. On doit refaire un point avec le docteur. Gaël n'a pas voulu prendre d'anti-inflammatoires. Et on sait qu'avec deux comprimés, c'est le jour et la nuit. J'ai plusieurs options le concernant. La première étant de le faire jouer le vendredi."

Finaliste malheureux dimanche à Montpellier, Gaël Monfils, 13e mondial, n'a rejoint le groupe que lundi. Il s'est montré très évasif sur son aptitude à tenir sa place. "J'ai bien digéré le décalage horaire. Quant à l'état de mon genou, je vais faire un point avec le staff", s'est borné à déclarer Gaël Monfils.

Si Guy Forget prenait la décision de ne prendre aucun risque avec le Parisien, il aurait le choix entre Julien Benneteau et Michaël Llodra pour défier Milos Raonoc, 29e mondial.

Le Canada, qui effectue son retour dans le Groupe Mondial, est inférieur à la France. Mais Guy Forget connaît les dangers de cette épreuve. "Sur le papier, il y a trois matches qui seront difficiles : les deux contre Raonic et le double. Objectivement, on peut les perdre et c'est la soupe à la grimace au retour à Paris. Il faudra jouer tous les matches avec humilité et courage."

Côté canadien, le deuxième poste en simple devrait être occupé par le jeune Vasek Pospisil, 115e mondial.

Capitaine depuis 1999, Guy Forget devrait logiquement abandonner son poste à l'issue de cette aventure puisque d'autres fonctions à la Fédération l'attendent. Mais il n'a pas axé ses causeries sur cet aspect.

"Je ne vais pas leur dire : 'Faites-le pour moi'", a-t-il dit. "On a fait demi-finale l'an dernier, finale en 2010. On n'est pas très loin de faire quelque chose de grand. Après, que cela soit avec moi ou sans moi, ce n'est pas très important. Il faut qu'on continue de travailler cet état d'esprit. Et surtout de continuer à être bon. Car on se rend compte qu'il n'y a plus de petites nations."

Eric Salliot, édité par Benjamin Massot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant