Coupe Davis: Berdych remet Tchèques et Espagnols à égalité

le
0
BERDYCH REMET TCHEQUES ET ESPAGNOLS A EGALITE EN COUPE DAVIS
BERDYCH REMET TCHEQUES ET ESPAGNOLS A EGALITE EN COUPE DAVIS

par Jason Hovet

PRAGUE (Reuters) - Tomas Berdych a remis vendredi la République tchèque et l'Espagne à égalité dans la finale de la Coupe Davis qui oppose les deux équipes à Prague au terme d'une rencontre en cinq sets face à Nicolas Almagro.

Devant son public de l'O2 Arena de Prague, le numéro un tchèque, sixième mondial, a souffert avant de l'emporter 6-3 3-6 6-3 6-7 6-3 en quasiment quatre heures face au 11e joueur du classement ATP.

Auparavant, David Ferrer avait donné l'avantage à l'Espagne battant le Tchèque Radek Stepanek qui évoluait pourtant sur une surface très rapide adaptée à son jeu.

Ferrer, cinquième joueur mondial, n'a cependant jamais été mis en danger par son adversaire, 37e à l'ATP, contre qui il a fait toute la course en tête jusqu'à s'imposer 6-3 6-4 6-4 en deux heures et 58 minutes.

Bien qu'évoluant à l'extérieur, l'Espagne, tenante du titre, vise une quatrième victoire en cinq ans, alors que la République tchèque tente de devenir le premier pays depuis les Etats-Unis il y a 22 ans à remporter la même année la Coupe Davis et la Fed Cup, son équivalent chez les femmes.

Berdych partait favori sur le papier de son face-à-face avec Almagro, d'autant qu'il bénéficiait du soutien sans faille de son public. Mais la pugnacité bien connue sur le circuit de Nicolas Almagro l'a poussé dans ses derniers retranchements, le forçant à batailler cinq sets.

"Je l'ai manqué de peu", a dit le grand serveur tchèque (1,96m) en évoquant le quatrième set cédé au tie-break.

"J'attendais avec impatience de jouer (le cinquième set) devant ce public qui poussait derrière moi. C'est un sentiment incroyable. Nous avons ouvert la porte pour dimanche, nous avons franchi une marche."

Ferrer, qui vient de disputer la meilleur saison de sa carrière, a tenu sa place de numéro un espagnol en l'absence de Rafael Nadal, qui n'a pas joué depuis Wimbledon, fin juin, en raison d'une blessure au genou.

"Cela n'a pas été une promenade de santé, cela m'a demandé beaucoup d'efforts. Ça a été difficile pour moi de finir les points", a dit Ferrer, 30 ans, à la télévision espagnole.

Radek Stepanek, 33 ans, s'est accroché jusqu'au bout mais n'a pu inverser la tendance d'une rencontre mal engagée.

"Je pense avoir pratiqué un très bon tennis d'attaque mais j'ai joué contre un joueur plus fort. Il mérite la victoire aujourd'hui", a dit Stepanek qui pourrait disputer le double aux côtés de Tomas Berdych, samedi.

Bien que la paire Ivo Minar-Lukas Rosol ait été annoncée pour affronter Marcel Granollers et Marc Lopez, vainqueur du Masters de double lundi dernier à Londres, les deux meilleurs joueurs tchèques peuvent encore être alignés par leur capitaine.

Les Tchèques redoutaient avant tout de voir se répéter le scénario de 2009. Ils avaient alors été battus 5-0 par l'Espagne sur la terre battue de Barcelone. Quoi qu'il advienne, le score sera désormais de toute façon moins sévère.

Ils aimeraient également soulever le Saladier d'argent pour la première fois depuis 1980 et la victoire de ce qui était alors encore la Tchécoslovaquie face à l'Italie.

Chrystel Boulet-Euchin pour le service français, édité par Jean-Philippe Lefief et Danielle Rouquié

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant