Coupe Davis: Arnaud Clément va avoir le choix et s'en réjouit

le
0
LA FRANCE RECEVRA L'AUSTRALIE AU PREMIER TOUR DE LA COUPE DAVIS
LA FRANCE RECEVRA L'AUSTRALIE AU PREMIER TOUR DE LA COUPE DAVIS

par Chrystel Boulet-Euchin

PARIS (Reuters) - Arnaud Clément, capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis, va avoir l'embarras du choix quant aux joueurs et à la surface retenus pour la réception de l'Australie au premier tour de la Coupe Davis 2014.

Et il s'en réjouit.

Fort d'une équipe homogène qui accueillera ses futurs adversaires sur une surface qui reste à l'appréciation des Bleus, l'ancien joueur a affiché une grande sérénité, tout en restant méfiant lors d'une conférence de presse téléphonique donnée mercredi après le tirage au sort.

"Ce n'est pas un tirage évident entre deux grosses nations historiques, qui ont la culture de la Coupe Davis", a-t-il résumé.

"Avec un (Lleyton) Hewitt qui a est revenu très très fort à l'US Open et un (Bernard) Tomic qui a aujourd'hui l'expérience de la Coupe Davis, qui a déjà battu des top 10 et a été en deuxième semaine en Grand Chelem, on a une vraie équipe qui remonte dans le groupe mondial après avoir connu des moments difficiles."

N'en demeure pas moins un petit souci dans la stratégie d'Arnaud Clément : quid de Jo-Wilfried Tsonga, qui a fait savoir ces derniers jours envisager une impasse sur certaines rencontres de Coupe Davis si sa présence n'était pas indispensable ?

Contre une équipe moins prestigieuse, la question aurait pu se poser mais face à l'Australie et ses deux fers de lance, difficile d'imaginer une absence du numéro un français.

"Concernant Jo, je n'ai aucun doute. J'en parlais avec lui récemment. Il est très respectueux vis-à-vis de la Coupe Davis et s'il le peut, il sera là. Si la France a besoin de lui, il sera là", a affirmé Arnaud Clément.

"TOUTE CETTE PUISSANCE DERRIÈRE MOI"

De même, le capitaine sait pouvoir compter sur Richard Gasquet, demi-finaliste du dernier US Open après avoir enchaîné deux matches en cinq sets et buté seulement sur Rafael Nadal, le futur vainqueur.

"Cet US Open l'a fait progresser et prendre davantage confiance en lui. Deux matches en cinq sets en trois jours, cela peut arriver sur une Coupe Davis", a souligné Arnaud Clément, lui-même ancien finaliste de l'Open d'Australie et membre indéfectible des Bleus lorsqu'il jouait encore.

Outre une équipe qui peut se montrer performante et aura l'avantage de recevoir, la France partira avec l'atout de pouvoir choisir la surface.

La logique n'est cependant pas forcément de mise.

En 2001, la France avait battu les Australiens contre toute attente sur le gazon de Melbourne. Deux ans plus tôt, ceux-ci l'avaient emporté sur la terre battue de Nice, a priori plus favorable à l'équipe hôte.

"On a la chance de pouvoir se poser la question mais ce ne sera pas ce choix-là qui fera la différence. On sait qu'à cette période de l'année (31 janvier-2 février), ce sera en indoor. Mais c'est encore dans cinq mois", a rappelé Arnaud Clément.

"Quand on a reçu sur terre battue, cela ne nous a pas forcément réussi. Il faut (...) garder en tête que ces deux dernières rencontres étaient des finales.

"J'ai de bons joueurs et je pense que j'ai de la chance d'avoir toute cette puissance derrière moi."

Edité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant