Coupe d'Italie : quatre blessés par balle, la finale Naples-Fiorentina retardée

le
0
Coupe d'Italie : quatre blessés par balle, la finale Naples-Fiorentina retardée
Coupe d'Italie : quatre blessés par balle, la finale Naples-Fiorentina retardée

Trois supporteurs napolitains ont été blessés par arme à feu samedi selon l'agence Ansa, à la périphérie de Rome, où le Napoli devait affronter la Fiorentina en finale de la Coupe d'Italie. Le coup d'envoi, prévu à 21 heures, a été retardé.

De nombreux fumigènes et bombes agricoles ont été lancés depuis le virage Nord, où sont massés les supporteurs napolitains, visiblement en grève : ils n'ont déployé aucune banderole et n'ont lancé aucun chant. 

Des représentants des deux clubs se sont rendus auprès de leurs supporteurs pour parlementer. Peu après 21h30, les joueurs des deux équipes sont entrés sur le terrain. Sous les yeux de Matteo Renzi, le président du conseil, l'hymne italien a ensuite été copieusement sifflé. A 21h40, les deux formations s'échauffaient à nouveau. L'arbitre a finalement sifflé le coup d'envoi de cette finale à 21h45.

Les supporteurs ont été blessés dans des circonstances qui restent à éclaircir. L'un d'eux, âgé de 30 ans, a été hospitalisé dans un état critique. Pendant que se disputait la rencontre, remportée 3 à 1 par le Napoli, il se faisait opérer d'une balle dans la colonne vertébrale à l'Hôpital Villa San Pietro. Son état était «critique mais stable» selon les médecins. Les deux autres blessés sont âgés de 43 et de 32 ans.

La préfecture de Rome a écrit dans un communiqué que «pour le moment l'agression qui a fait trois blessés ne semble pas liée à des affrontements entre tifosi».

Auparavant, dans le même quartier romain, un officier de police a été blessé à la main après un coup de feu.

VIDEO. Trois supporteurs blessés à Rome

Des affrontements entre supporteurs des deux camps ont donc bien été enregistrés. Des heurts ont opposé des supporteurs dans les environs du Stade Olympique et la police a dû intervenir à plusieurs reprises pour séparer les tifosi.

Des supporteurs ultras de l'AS Rome, une des deux équipes de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant