Coup dur pour l'EPR de Flamanville

le
0
Le président de l'Autorité de sûreté nucléaire, André Pierre Lacoste, n'exclut pas un moratoire sur l'EPR de Flamanville mené par EDF. L'ASN s'interroge également sur le projet d'EPR à Penly

Après la catastrophe de Fukushima, la France souhaite prendre toutes les garanties en matière de nucléaire. Alors que la crise qui frappe actuellement le Japon suscite des inquiétudes autour des centrales françaises, le président de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), André-Claude Lacoste n'exclut pas un moratoire sur le chantier de Flamanville (Manche) mené par EDF qu'il juge «très compromis». Un véritable coup dur pour EDF. «C'est un questionnement, une réflexion. On n'est pas sûr. Ca fait partie du champ des hypothèses», indique ce jeudi à l'AFP Thomas Houdré, le directeur à la direction des centrales de l'ASN, et chef jusqu'en mars de la division de Caen qui couvre notamment la Normandie. L'ASN a même mis en place de nouvelles règles de sécurité sur ce chantier après un accident mortel en janvier et son arrêt partiel va être levé.

Quant à l'EPR de Penly (Seine-Maritime), qui n'est pas encore acté, Thomas Houdré a mis en doute sa réalisation. «L

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant