«Coup de tonnerre» au Parti socialiste

le
0
Au PS, les commentaires restent prudents après l'inculpation de DSK. » L'inculpation de DSK chamboule la primaire du PS

«Comme un coup de tonnerre.» La dernière fois que les socialistes ont entendu cette expression, c'était le 21 avril 2002. Lionel Jospin l'avait utilisée pour décrire le résultat du premier tour de l'élection présidentielle qui le voyait éliminé au profit de Jean-Marie Le Pen. Dans la foulée, il annonçait son retrait de la vie politique. Dimanche, Martine Aubry a utilisé la même expression. Informée dans la nuit par un journaliste de l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn, la première secrétaire du PS était stupéfaite. Avant de réagir, elle avait pris soin de contacter les ténors du parti pour échanger avec eux. En l'espace d'une nuit, le PS pourrait bien avoir perdu son favori pour la présidentielle. «Les nouvelles qui nous parviennent de New York sonnent à l'évidence comme un coup de tonnerre», a-t-elle commenté dans la matinée.

C'est dire l'état de sidération dans lequel ont plongé les socialistes en apprenant les accusations portées contre DSK:

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant