Coup de tête à Thiago Motta : Brandao condamné à un mois de prison ferme

le
0
Coup de tête à Thiago Motta : Brandao condamné à un mois de prison ferme
Coup de tête à Thiago Motta : Brandao condamné à un mois de prison ferme

L'attaquant brésilien de Bastia, Brandao a été condamné ce jeudi à un mois de prison ferme ainsi qu'à 20.000 euros d'amende pour son coup de tête au milieu du PSG Thiago Motta, après un match à Paris. Le parquet de Paris avait requis un peu plus tôt huit mois de prison avec sursis et 15.000 euros d'amende.

«Cette décision est dans la droite ligne de ce qui se passe dans ce dossier, a réagi Me. Olivier Martin, l'avocat du joueur. On est dans la démesure la plus totale. Je ne comprends absolument pas la position du tribunal qui considère que la médiatisation de ce geste comme une circonstance aggravante. Par ailleurs, cette peine va bien au-delà de la jurisprudence».

Selon nos informations, l'attaquant de Bastia ne devrait pas faire appel de cette décision de justice. Sa peine de prison ferme devrait toutefois être transformée en travaux d'intérêt général par le juge d'application des peines.

Comme révélé hier par leparisien.fr, Brandao, 34 ans, n'assistait pas à l'audience. Au même moment, le Franco-Brésilien se faisait opérer de la cuisse au CHU de St-Etienne. Une absence qui a visiblement agacé le président du tribunal correctionnel. Dans cette affaire, ni le PSG ni Thiago Motta ne s'étaient portés parties civiles.

Le 16 août, quelques instants après la fin de PSG-Bastia, comptant pour la 2e journée de Ligue 1, au Parc des Princes, Brandao avait attendu Thiago Motta dans le couloir menant aux vestiaires. Sur les images de la vidéosurveillance, on le voit s'avancer vers lui et porter un rapide coup de tête avant de courir vers son vestiaire. Le geste a valu à Thiago Motta une fracture du nez sans déplacement, selon le PSG.

Depuis, Everson Lemos da Silva Brandao, de son vrai nom, a reconnu les faits mais nié le caractère prémédité de l'agression. La préméditation est une circonstance aggravante qui rend ces faits passibles d'une peine de prison pouvant aller jusqu'à trois ans, et non d'une simple ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant