Coup de pouce du gouvernement sur les retraites, baroud syndical

le
17
REVALORISATION DE CINQUANTE EUROS POUR LES RETRAITES MODESTES
REVALORISATION DE CINQUANTE EUROS POUR LES RETRAITES MODESTES

PARIS (Reuters) - Marisol Touraine a annoncé mardi des mesures de compensation du report de six mois de la revalorisation annuelle des pensions pour s'assurer du vote des députés de la majorité sur le projet de réforme des retraites prévu dans la journée.

Dans le même temps, plusieurs milliers de personnes ont manifesté à Paris et en province à l'appel de quatre syndicats (CGT, FSU, FO, Solidaires) pour marquer leur hostilité à cette réforme, contestée jusque dans les rangs de la majorité.

Le secrétaire général de la CFDT, qui ne participait pas à cette manifestation, a pour sa par jugé insuffisant le geste de la ministre des Affaires sociales.

Celle-ci a proposé lors de l'examen du texte en deuxième lecture par les députés que l'aide à l'acquisition d'une complémentaire santé (ACS) soit revalorisée de cinquante euros pour les retraités touchant une pension entre 770 et 967 euros.

Le minimum vieillesse sera par ailleurs revalorisé l'an prochain les 1er avril et 1er octobre d'une somme correspondant à l'inflation.

Ces deux mesures viennent compenser le report de la revalorisation annuelle des pensions du 1er avril au 1er octobre, un des points clés de la réforme des retraites contesté par les députés.

Contre la volonté de tous les groupes, y compris de certains élus socialistes, le gouvernement a décidé de passer en force en recourant à la procédure du vote bloqué sur l'ensemble de la réforme.

Le gouvernement avait déjà décidé d'exonérer les titulaires du minimum vieillesse du report de six mois de la revalorisation annuelle qui, dans sa première version, représentait un gain estimé à 600 millions d'euros pour le Fonds de solidarité vieillesse en 2014.

2.000 À 3.000 MANIFESTANTS À PARIS

Le coût des deux mesures annoncées mardi n'a pas été chiffré dans l'immédiat.

Les députés devaient procéder mardi après-midi au vote en deuxième lecture du projet de loi. Le Sénat devrait à son tour l'examiner et le rejeter à nouveau dans les prochains jours.

L'Assemblée, qui a constitutionnellement le dernier mot, devrait adopter définitivement cette réforme le 18 décembre, avant la pause du Parlement pour les fêtes de fin d'année.

A l'appel de quatre syndicats (CGT, FSU, FO, Solidaires), plusieurs milliers de personnes ont manifesté à Paris contre la réforme.

Mais depuis le 10 septembre, quand 370.000 personnes avaient manifesté en France, selon les organisateurs, et 155.000 d'après la police, la mobilisation syndicale s'étiole.

A Paris, 2.000 à 3.000 sympathisants CGT, FSU Solidaires et FO ont ainsi défilé mardi en début d'après-midi de la rue Chaussée d'Antin, dans le IXe arrondissement, jusqu'à la place de la Concorde, face à l'Assemblée nationale où le texte devait être voté.

Les secrétaires généraux de la CGT et de Force ouvrière, Thierry Lepaon et Jean-Claude Mailly, ont défilé côte à côte.

Leur homologue de la CFDT, Laurent Berger, estime que les derniers ajustements de Marisol Touraine ne suffisent pas.

"La CFDT avait dit qu'il fallait aller plus loin pour préserver les petites retraites du retard de revalorisation", a-t-il dit sur France Inter. "Il y a eu des avancées dans la nuit. Elles sont insuffisantes au regard de ce que portait la CFDT."

En province, la plupart des rassemblements n'ont réuni que quelques centaines de personnes.

Emile Picy, avec Julien Ponthus, Gérard Bon et Emmanuel Jarry, édité par Sophie Louet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lilian92 le mardi 26 nov 2013 à 17:26

    les municipales approchent, il faut faire des cadeaux....

  • M8951316 le mardi 26 nov 2013 à 17:20

    honte à ce gouvernement ...allez une toute petite carotte en plus ..mais n'oubliez pas de voter pour moi !!!

  • mlaure13 le mardi 26 nov 2013 à 17:16

    -.Autre privilège, la pension de réversion. Au décès d'un fonctionnaire, une partie de sa retraite est automatiquement reversée au conjoint. Dans le privé, pour en bénéficie, il doit avoir au moins 55 ans, et ne pas dépasser un plafond de ressources. Ces inégalités de traitement entre public et privé ont de beaux jours devant elles. Le Gvt a prévu de réformer d'ici fin 2013 le régime général des retraites dans le privé. Pas celui du public.

  • mlaure13 le mardi 26 nov 2013 à 17:16

    7-Pensions aux petits oignons…les salariés du secteur marchand prennent leur retraite en moyenne à 62,2 ans, les fonctionnaires avant 59 ans. Pis, les catégories "actives", comme les policiers, pompiers, douaniers, aiguilleurs du ciel, peuvent se retirer à partir de 52 ans. Près d' un fonctionnaire sur quatre profite de "bonifications d'annuités", c'est-à-dire de trimestres gratuits. Ces avantages tendent à diminuer. Mais les agents, bien informés, savent en profiter à temps. 8

  • mlaure13 le mardi 26 nov 2013 à 17:15

    6-Dans le privé, les régimes doivent serrer la vis, et, le 13 mars, patronat et syndicats ont désindexé les retraites de 11,5 millions de bénéficiaires de ces caisses. Résultat: à l'arrivée, le montant des retraites du public est bien supérieur à celui du privé. Ainsi, au 31 décembre 2011, les 2,6 millions de retraités du public ont touché une pension moyenne de 1.724 euros par mois. Contre 1.216 euros dans le privé, selon les chiffres 2010 de l'Insee. Près de... 500 euros d'écart.

  • mlaure13 le mardi 26 nov 2013 à 17:15

    5-Un système de retraite nettement plus avantageux, et bien plus généreux que celui du privé. Leur pension est calculée sur les 6 derniers mois de traitement, celle des salariés du privé sur les 25 meilleures années. Alors que les carrières pleines dans le privé se font rares, ce système creuse l'écart. "Les agents du public ont leur pension garantie à 75% de leur dernier salaire en moyenne. Sauf faillite de l'Etat, ils seront toujours payés"

  • mlaure13 le mardi 26 nov 2013 à 17:13

    M740...merci pour le "rectif"...mais on avait q m^me compris...En pleine pensée avec vous et kbnskin ...:-)))

  • M7403983 le mardi 26 nov 2013 à 17:05

    rectif : "avec certainement un ras le bol"

  • M7403983 le mardi 26 nov 2013 à 17:02

    Eh oui, knbskin, comme vous le dites avec un certainement à un ras le bol de cette politique actuellement menée, il y en a marre de ne penser qu'à l'assistanat !! Accueillir la misère du monde et régulariser à tour de bras est en train de conduire la France vers la pauvreté !! Je le vois tous les jours face à de pauvres retraités âgés ayant du mal à se nourrir !! Honte à nos politiques de tout poil !!

  • knbskin le mardi 26 nov 2013 à 15:13

    Hum ! On est encore en train de chercher à favoriser "les plus fragiles" ... C'est ce qu'on fait depuis 35 ans, avec des résultats fracassants : plus d'impôts, de dettes, de chômage, moins de commerce extérieur, d'industrie, de recherche ... et d'ailleurs toujours plus de SDF, qui eux, ne sont pas "les plus fragiles" ... :-D

Partenaires Taux