Coup de grisou en Ukraine : au moins 32 mineurs seraient morts

le
0
Coup de grisou en Ukraine : au moins 32 mineurs seraient morts
Coup de grisou en Ukraine : au moins 32 mineurs seraient morts

«Une terrible tragédie est survenue à la mine de Zassiadko», a déclaré le président du Parlement ukrainien, Volodymyr Groïssman, en faisant observer aux députés une minute de silence. Il avait alors déclaré qu'au moment où il parlait, au moins 32 mineurs auraient été tués mercredi par un coup de grisou dans une mine dans l'est de l'Ukraine, théâtre de plusieurs accidents mortels ces dernières années. Mais quelques heures plus tard Volodymyr Groïssman revenait sur ces propos affirmant que «le sort des 32 mineurs restait inconnu».

Ce chiffre a également été donné par le chef du Syndicat des mineurs du Donbass. «Nous avons des informations sur 32 morts, mais nous ne savons pas exactement combien de mineurs restent au fond de la mine», a déclaré Mykola Volynko, leader de ce syndicat. Selon un autre syndicat, celui des employés de l'industrie minière de l'Ukraine, «il n'y a aucune communications avec ces 32 personnes». «Mais les sauveteurs comprennent que dans une telle situation, les chances de survivre sont pratiquement nulles», a ajouté un porte-parole de ce syndicat contacté par l'AFP.

VIDEO. Ukraine: coup de grisou à Donetsk, 32 mineurs présumés morts

Ce bassin minier, à l'est du pays, est au c½ur de la région en proie à un conflit armé entre forces ukrainiennes et séparatistes pro-russes, qui a fait plus de 6 000 morts en dix mois. Les rebelles en armes et les sauveteurs s'activent autour de la mine située dans le district Kievski de Donetsk, non loin de l'aéroport, théâtre de combats acharnés depuis mai avant de passer sous le contrôle des rebelles en janvier, a rapporté un journaliste.

Deux femmes sont arrivées en pleurs devant l'entrée à la mine, une femme de mineur, accompagnée de sa mère. «On n'a aucune nouvelle (Ndlr:de son gendre mineur). C'est terrible, on n'a aucune information», a dit la mère qui a refusé de donner son nom. Des mineurs qui n'étaient pas dans la mine lors de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant