Coup de filet en Corse pour une série d'attentats

le
3
CINQ INTERPELLATIONS EN CORSE POUR UNE SÉRIE D'ATTENTATS
CINQ INTERPELLATIONS EN CORSE POUR UNE SÉRIE D'ATTENTATS

AJACCIO (Reuters) - Cinq personnes ont été interpellées et placées en garde à vue lundi en Corse et à Marseille dans le cadre d'une enquête portant sur une série d'attentats à l'explosif en 2012 revendiqués par le FLNC (Front de libération nationale corse).

Plus de 70 militaires de la gendarmerie et une dizaine de policiers ont été déployés pour ce coup de filet.

"Les personnes interpellées sont suspectées d'appartenir à une association de malfaiteurs en lien avec trois séries d'attentats qui avaient notamment visé des résidences secondaires appartenant à des continentaux", a déclaré une source judiciaire. "Certains des gardés à vue appartiennent à la mouvance nationaliste et sont soupçonnés d'être les coordonnateurs ou les logisticiens d'une cellule active."

Les enquêteurs qui ont exécuté une commission rogatoire délivrée par le juge antiterroriste Gilbert Thiel, ont entamé la deuxième phase d'une opération entamée en novembre 2013 et qui avait déjà abouti à cinq mises en examen, celle "des exécutants de la cellule", selon une source policière.

Le mouvement indépendantiste Corsica Libera et l'association Sulidarità ont appelé à un rassemblement devant la caserne de gendarmerie d'Aspretto à Ajaccio où sont entendus les suspects.

Les enquêteurs estiment que les deux tirs de roquette contre les casernes de gendarmerie à Ajaccio et Bastia le 6 décembre dernier étaient la réponse aux interpellations en novembre d'une partie de la mouvance clandestine.

A ce jour, ils n'ont pas été revendiqués par la mouvance clandestine et font l'objet d'une instruction séparée.

En 2012, 78 attentats ou tentatives d'attentats avaient perpétrés en Corse et 56 avaient été revendiqués par le FLNC.

Ces interpellations interviennent alors que le nombre d'attentats est en baisse dans l'île et à une semaine de la visite du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, attendu les 11 et 12 juin sur l'île.

Ce coup de filet n'a aucun rapport avec une autre opération de grande envergure menée par la juridiction interrégionale spécialisée de Marseille qui a conduit lundi matin également à l'interpellation d'une dizaine de personnes en Corse et à Paris dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat d'Anthony Galliot, un homme proche du grand banditisme tué par balles à Sainte-Lucie de Porto-Vecchio en mars 2013.

(Roger Nicoli, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bigot8 le lundi 2 juin 2014 à 17:48

    mafiosa ....

  • olive2a le lundi 2 juin 2014 à 16:24

    Au vu du futur statut de résident nécessaire à l'achat immobilier insulaire, cette main d'oeuvre ne l'est plus....

  • M1531771 le lundi 2 juin 2014 à 15:35

    Très bien, y en a marre là aussi !