Coup de filet dans les milieux djihadistes du Sud-Est

le
2

PARIS (Reuters) - Quatre personnes, deux hommes et deux femmes, ont été interpellées mardi matin dans le sud-est de la France lors d'un coup de filet visant une filière djihadiste présumée, a-t-on appris de source policière.

Cette opération, menée dans le Gard et le Vaucluse, ciblait plus particulièrement deux Français revenus en France après avoir combattu en Syrie, précise Midi-Libre, qui a révélé l'information.

Les quatre suspects ont été placés en garde à vue par les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), selon la source policière.

Vendredi dernier, lors d'une réunion du pôle régional de lutte contre l'islam radical, le préfet de l'Hérault, Pierre de Bousquet, avait confié à la presse qu'une cinquantaine de personnes avaient quitté ces derniers mois la région Languedoc-Roussillon pour rejoindre les rangs djihadistes en Syrie et en Irak.

Les autorités françaises ont accru la surveillance des milieux djihadistes depuis l'arrestation le 1er juin à Marseille de Mehdi Nemmouche, l'auteur présumé de l'attentat au Musée juif de Bruxelles, qui a fait quatre morts.

Jeudi dernier, un Tunisien de 28 ans soupçonné d'avoir cherché à recruter des djihadistes pour la Syrie dans le département de l'Isère a été expulsé en urgence absolue.

Le gouvernement a lancé en avril un plan pour tenter d'empêcher le départ de jeunes Français vers la Syrie. Une des mesures phares est la possibilité donnée aux proches de candidats potentiels au djihad de les signaler sur une plate-forme internet et un numéro vert.

Environ 300 Français étaient engagés à la mi-mai sur les théâtres d'opérations en Syrie, selon le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. En outre, une centaine d'autres étaient en transit vers la Syrie, une centaine sont rentrés en France après avoir combattu et 25 ont été tués, avait-il ajouté.

(Gérard Bon, avec Johanna Decorse à Toulouse, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mcarre1 le mardi 17 juin 2014 à 17:36

    Cela n'existait pas en France il y a 35 ans. Ni voile, ni jihadiste. Non seulement ils sont de plus en plus nombreux mais ils se radicalisent violemment. Prenons Pierrefitte comme exemple puisqu'elle défraye tristement la chronique aujourd'hui: "en 2005, les jeunes d’origine maghrébine, subsaharienne ou turque sont devenus majoritaires dans la commune" (wikipedia). Nous sommes en train de couler.

  • pichou59 le mardi 17 juin 2014 à 17:07

    ils reviennent en France : RSA CMU logement ....et Cie et pendant ce temps, le "petit peuple" est en chomage