Coup de filet anti-drogue à Marseille, trentaine d'interpellations

le , mis à jour à 14:10
1

(Actualisé avec interpellation du chauffeur de Samia Ghali) PARIS, 15 juin (Reuters) - Une trentaine de personnes ont été interpellées lundi dans le cadre d'un vaste coup de filet contre le trafic de drogue mené dans le quartier de la Castellane à Marseille, a annoncé le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. "Cette opération a conduit à l'arrestation de près d'une trentaine d'acteurs de ces filières d'acheminement de drogue dans les quartiers de Marseille", a-t-il dit lors d'une brève déclaration à la presse à la mi-journée. La police judiciaire a mené cette opération en tout début de journée avec les renforts de CRS et du Raid, a-t-il précisé. De source policière, on apprend que parmi les personnes placées en garde à vue on trouve le chauffeur de Samia Ghali, sénatrice socialiste de Marseille et maire du 8e secteur de la ville. "Les actions que nous avons conduites à Marseille depuis l'instauration des zones de sécurité prioritaires il y a deux ans, c'est 1,8 tonne de cannabis, c'est 102 kilos de cocaïne, c'est près de six millions d'avoirs mal acquis, c'est 216 armes qui ont été récupérées dans les quartiers où les trafics prospéraient depuis longtemps", a ajouté Bernard Cazeneuve. La cité de la Castellane, un ensemble de tours où vivent près de 7.000 habitants, est considérée comme l'un des hauts lieux du trafic de drogue à Marseille. Début février, des coups de feu y avaient été tirés en direction d'un véhicule de police juste avant l'arrivée de Manuel Valls, venu y saluer une baisse de la délinquance. Sept fusils d'assaut Kalachnikov, deux revolvers, des munitions, des gilets pare-balles et plusieurs kilos de drogue avaient été saisis après ces incidents. "Le trafic de drogue occasionne d'autres trafics qui sont à l'origine de règlements de comptes et de violences extrêmement graves", a souligné Bernard Cazeneuve. Les règlements de comptes ont déjà fait une dizaine de morts cette année à Marseille et dans sa région, où 18 personnes ont été abattues dans de semblables circonstances en 2014, le plus souvent sur fond de trafic de stupéfiants. "Il peut y avoir un lien entre ces trafics et des activités de nature à porter gravement atteinte à l'ordre public, je pense notamment aux activités terroristes", a encore dit le ministre. (Marine Pennetier et Grégory Blachier, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1531771 le lundi 15 juin 2015 à 14:36

    Ah, le grand ménage avant l'été..c'est bien ça...Les rats vont se retrouver à l'ombre !