Coup d'état en Turquie, au moins 60 morts et une situation confuse

le
0
Très critiqué à l'intérieur de son pays comme sur la scène internationnal, Recep Tayyip Erdogan est victime ce 16 juillet d'un coup d'état militaire
Très critiqué à l'intérieur de son pays comme sur la scène internationnal, Recep Tayyip Erdogan est victime ce 16 juillet d'un coup d'état militaire

Un groupe de putschistes de l'armée a tenté de prendre le pouvoir en Turquie, entraînant une violente riposte d'Ankara dans la nuit de vendredi à samedi avec des affrontements qui ont fait au moins 60 morts, civils et policiers. Après que son Premier ministre Binali Yildirim a assuré que tout était "largement sous contrôle", le président turc Recep Tayyip Erdogan était moins affirmatif, déclarant samedi avant l'aube qu'il "y a en Turquie un gouvernement et un président élus par le peuple" et que "si Dieu le veut, nous allons surmonter cette épreuve".

La situation dans ce grand pays de 80 millions d'habitants, membre-clé de l'Otan, restait confuse six heures après l'annonce de la tentative de coup d'Etat. Des coups de feu sporadiques étaient toujours audibles au petit matin dans plusieurs quartiers d'Ankara et d'Istanbul, après une nuit marquée par des explosions causées, selon les médias, par des bombardements aériens.

Des avions de combat ont décollé de leur base d'Eskisehir

"Ceux qui sont descendus avec des chars seront capturés car ces chars ne leur appartiennent pas", a ajouté M. Erdogan. Il a félicité les Turcs pour être descendus "par millions" dans les rues pour défendre la nation, notamment sur l'emblématique place Taksim à Istanbul, noire d'opposants au putsch.

Le Premier...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant