Coup d'Etat en Thaïlande : l'armée fait taire les médias et impose un couvre-feu

le
0
Coup d'Etat en Thaïlande : l'armée fait taire les médias et impose un couvre-feu
Coup d'Etat en Thaïlande : l'armée fait taire les médias et impose un couvre-feu

Alors qu'une crise politique secoue le pays depuis sept mois, le chef de l'armée de terre thaïlandaise, le général Prayut Chan-O-Cha, a annoncé un coup d'Etat jeudi. «Pour que le pays revienne à la normale», les forces armées «prennent le pouvoir», a-t-il déclaré à la télévision. Un couvre-feu a été imposé dans tout le pays à partir de jeudi soir : «Nul n'est autorisé à quitter son domicile entre 22 et 5 heures», a encore déclaré un porte-parole de l'armée, ajoutant que «le Sénat fonctionne toujours mais la Constitution de 2007 est suspendue, à part le chapitre sur la monarchie».

Depuis la France, le président François Hollande a condamné de telles méthodes. Il a appelé à «un retour immédiat à l'ordre constitutionnel et à l'organisation d'un processus électoral» et demandé que «les droits et libertés fondamentaux du peuple thaï soient respectés».

Les rassemblements de plus de 5 personnes interdits

Le général Prayut Chan-O-Cha, qui avait déclaré la loi martiale mardi, a mis en avant la violence dans le pays qui a fait 28 morts depuis le début de la crise à l'automne. «Tous les Thaïlandais doivent rester calmes et les fonctionnaires doivent continuer à travailler comme d'habitude», a-t-il ajouté. L'armée thaïlandaise a ordonné par ailleurs à toutes les télévisions et radios du pays d'interrompre leurs programmes et de diffuser les bulletins du nouveau régime militaire qui vient de faire un coup d'Etat. «Afin de donner des informations exactes à la population, toutes les radios et les télévisions doivent suspendre leurs programmes», a lu un porte-parole de l'armée à la télévision nationale, qui a déjà cessé ses programmes et ne montre plus que des photos de militaires sur fond blanc.

L'annonce télévisée est intervenue après une deuxième séance de négociations entre les principaux acteurs de la crise, destinée à trouver un compromis. Des leaders des manifestants ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant