Coup d'état avorté au Burundi : et maintenant ? (partie 2)

le
0

La contestation populaire ne faiblit pas au Burundi. Des dizaines de manifestants sont redescendus dans les rues de Bujumbura pour dénoncer la candidature de Pierre Nkurunziza à la présidence du pays, et ce cinq jours après le putsch avorté. Pierre Nkurunziza peut-il se présenter dans ce contexte pour un troisième mandat ? Peut-on craindre une nouvelle guerre civile ?

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant