Coup d'envoi sous haute sécurité du carnaval de Cologne

le
0
    par Erol Dogrudogan 
    COLOGNE, Allemagne, 4 février (Reuters) - Le carnaval de 
Cologne s'est ouvert jeudi dans un contexte de sécurité et de 
surveillance renforcées après les agressions commises contre des 
centaines de femmes lors du réveillon du nouvel an. 
    Plus de 2.000 policiers étaient mobilisés pour ce premier 
jour des festivités, le "Weiberfastnacht", le jour des femmes, 
où il est de tradition que celles-ci coupent les cravates des 
hommes.  
    Des caméras de surveillance et des projecteurs ont été 
installés dans le centre de la ville pour surveiller la foule et 
prévenir des troubles éventuels. Un parc jugé trop sombre a été 
fermé et un poste de sécurité installé devant la cathédrale pour 
y accueillir les femmes se sentant menacées. 
    C'est dans ce secteur, sur la place qui sépare l'édifice 
gothique de la gare, que plusieurs centaines de femmes ont été 
victimes d'agressions sexuelles et de vols à l'arraché le 31 
décembre au soir par des groupes d'hommes présentés par la 
police comme des individus "d'origine arabe ou nord-africaine". 
Dans cette seule ville, la police a enregistré plus de 600 
plaintes dont une grande partie pour agression sexuelle. 
    Ces violences, l'insuffisance de la présence policière cette 
nuit-là et les premiers bilans officiels faisant état d'une nuit 
calme ont provoqué un très vif débat au sein de la société 
allemande, qui s'interroge sur sa capacité à intégrer les 
quelque 1,1 million de demandeurs d'asile arrivés l'an dernier. 
    La politique d'ouverture des frontières décidée début 
septembre par Angela Merkel est critiquée jusqu'à l'intérieur de 
son parti, l'Union chrétienne démocrate (CDU), tandis que le 
parti souverainiste et anti-immigration Alternative für 
Deutschland (AfD) a le vent en poupe dans les sondages. 
  
     
    "COMME NOUS L'AVONS TOUJOURS FAIT"  
    En dépit du dispositif de sécurité mis en place pour le 
carnaval, il semblait y avoir jeudi après-midi moins de "Jecken" 
(fêtards) dans les rues de Cologne qu'à l'accoutumée. La pluie 
qui est tombée sur la ville rhénane n'y est peut-être pas 
étrangère. 
    Une analyse de la police fédérale allemande (BKA) publiée 
jeudi par le quotidien Die Welt indique que le risque de 
nouvelles agressions sexuelles ne peut être écarté. "Nous ne 
pouvons pas être certains que la prise de conscience et le 
renforcement des mesures de sécurité empêcheront que ce qui 
s'est passé se reproduise", peut-on lire dans cette note. 
    Le risque d'un attentat islamiste n'a en revanche pas été 
réévalué à la hausse, ajoute le BKA. 
    Croisée devant la cathédrale, Janina Lange, déguisée en 
chat, le visage maquillé, estime qu'"il s'agit du carnaval le 
plus sûr de ces dernières années". "Il ne sera jamais plus aussi 
sûr", ajoute-t-elle. 
    Le carnaval, qui dure au total six jours, culminera lundi 
avec le traditionnel défilé des chars. L'an dernier, la parade 
avait attiré 1,5 million de visiteurs. 
    Des brochures ont été éditées pour expliquer aux migrants la 
signification de cette manifestation festive. 
    "C'est important que nous ne perdions pas ces plaisirs. Le 
carnaval fait partie de notre tradition et nous devons le fêter 
comme nous l'avons toujours fait", dit Björn Braun, vêtu d'un 
uniforme militaire vert, rouge et doré. 
 
 (avec Madeline Chambers à Berlin; Henri-Pierre André pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux