Coup d'envoi du projet de replantation du canal du Midi

le
0

par Jean Décotte

CASTELNAUDARY, Aude (Reuters) - Le projet de restauration des platanes du canal du Midi, victimes d'un champignon qui les décime progressivement, a débuté mercredi à Castelnaudary (Aude) avec la plantation d'une parcelle d'arbres résistants à cette maladie.

Le chancre coloré, champignon probablement introduit en France en 1945 par des caisses de munitions américaines infectées, menace les 42.000 platanes qui ombragent les bords du canal classé au patrimoine mondial de l'Unesco.

Creusé au XVIIe siècle avec l'appui de Louis XIV, classé par l'Unesco en 1996, le canal du Midi est synonyme pour des millions de touristes de promenades au fil de l'eau sous une voûte de feuillages.

D'autres parcelles avaient déjà été replantées le long de la voie d'eau qui relie Toulouse à la Méditerranée mais c'est la première plantation qui s'effectue dans le cadre du projet global de restauration validé en septembre par la Commission supérieure des sites, perspectives et paysages.

Ce projet, proposé par Voies navigables de France (VNF) et doté de 200 millions d'euros sur 10 ans, doit permettre de conserver le "patrimoine arboré" du canal face à l'épidémie de chancre coloré.

"Le chancre coloré nécrose et tue les arbres en moins de deux ans", explique Patrick Butte, directeur interrégional Sud-Ouest de VNF.

"L'arbre perd ses feuilles, sèche et il n'y a pas d'autre traitement que d'abattre et de brûler les troncs pour stopper le développement de la maladie", ajoute-t-il.

"GÉNÉRATIONS FUTURES"

Le préfet de l'Aude, Eric Freysselinard, ainsi que les dirigeants de VNF ont mis en terre mercredi un premier arbuste sur les berges du canal dans le centre de Castelnaudary, symbole de ce processus de renouvellement qui devrait prendre des années.

Cette parcelle comptera d'ici la fin de la semaine une soixantaine de "Platanor", une essence résistante au chancre coloré développée par l'Inra, pour un investissement de 72.000 euros.

Depuis 2006, VNF a été contraint d'abattre quelque 3.000 arbres et environ 10.000 autres ont été repérés.

Pour l'heure, les foyers de chancre coloré, ou "Ceratocystis platani", se concentrent sur la partie la plus orientale des 240 km de canal, c'est-à-dire entre Castelnaudary et l'Etang de Thau.

Mais le processus de replantation, qui pourrait concerner l'intégralité des 42.000 platanes alignés le long du canal -sur un total de 180.000 arbres de différentes essences-, risque de laisser certaines zones dégarnies pendant quelque temps.

"On travaille pour les générations futures", souligne Patrick Butte, qui parle de 20 à 30 ans pour que les nouveaux platanes atteignent la trentaine de mètres de hauteur de leurs prédécesseurs centenaires.

"Les plantations d'aujourd'hui sont destinées à nos enfants et petits-enfants."

Edité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant