Coup bas pour les éditeurs de sites et le marché publicitaire

le
0
La fonction d'«adblocker» de Free ne touche pas tout le marché de la publicité en ligne. Il ne concerne que les bannières («display»), et seulement celles des sites alimentés par le serveur de publicité en ligne («adserver») de Google.

Avec son nouveau coup médiatique, Free s'assure gratuitement une bonne publicité dans les forums de discussion du Web, où la culture antipub existe. Mais son initiative, qui cache en fait un bras de fer avec Google, exaspère les éditeurs de sites et toute la filière de la publicité en ligne. «Nous n'avons pas à être les otages de la guéguerre entre Free et Google, s'insurge un éditeur. La répartition de la valeur créée en ligne pose sans doute des questions de fond, mais le côté pirate de Xavier Niel a pour principal effet de saccager notre business.»

Dès jeudi, le site Numerama avait réagi vertement: «Free est totalement irresponsable et menace de porter un coup violent à tout un pan de l'économie numérique», s'insurgeait...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant