Coulisses : Paris et l'Europe tourmentent les ténors de l'UMP

le
0
Photo d'illustration.
Photo d'illustration.

Les comités stratégiques de l'UMP, les mardis matin, sont souvent l'occasion de quelques joutes verbales entre les ténors du parti. Mais ils sont aussi l'occasion de poser les vrais problèmes. Celui qui avait lieu mardi 12 novembre s'est déroulé dans une atmosphère de tension autour de plusieurs points, dont les municipales à Paris et les européennes. Jean-Pierre Raffarin a mis les pieds dans le plat : le jeu solitaire de Nathalie Kosciusko-Morizet à Paris en écartant de ses listes les parlementaires, et notamment Philippe Dominati, crée des difficultés au sein du groupe UMP au Sénat.

François Fillon a, pour sa part, déploré la mise à l'écart de Pierre Lellouche, qui menace de dissidence dans le 8e arrondissement. "Ce qui est bon pour NKM à Paris n'est pas forcément bon pour le parti", souligne l'un des participants. Jean-François Copé, le président de l'UMP, en a conclu que l'autonomie complète de NKM ne pouvait totalement perdurer et qu'une commission d'investiture déciderait, in fine, des listes parisiennes. Ce qui, à n'en pas douter, ne fera pas forcément plaisir à NKM qui ne voit en Copé qu'un faux ami...Lire aussi Paris : la femme qui peut faire perdre NKM

Raffarin tance la désinvolture de Borloo

À ce propos, les négociations avec l'UDI de Jean-Louis Borloo en vue de listes communes ont fait l'objet d'un compte rendu alarmiste de la part de Raffarin. Si, du côté UMP, Jérôme Lavrilleux, qui assistait aux...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant