Coulisses de la COP 21 : 50 Français pour sauver la planète

le
0
Coulisses de la COP 21 : 50 Français pour sauver la planète
Coulisses de la COP 21 : 50 Français pour sauver la planète

J’ai fait leur connaissance en décembre 2013 à Varsovie, en Pologne, dans la modeste salle en préfabriqué blanc qui les accueillait, comme 195 autres délégations, dans le grand stade national où se tenait la 19e Conférence de l’ONU sur le climat.

Quelques portants et étagères posés à la va-vite, trois bonbonnes d’eau, des imprimantes et une grande table jonchée d’ordinateurs, quadrillée de fils de chargeurs en tous genres. Tel était le décor de la délégation française. Tel est toujours le décor de ces conférences qui ont lieu chaque année dans une nouvelle région du monde. 

Jeunes et enthousiastes

Ce qui m’a frappée au premier abord, c’est leur jeunesse, et puis, très vite, leur enthousiasme et leur solidarité. Nous ne vous dévoilerons pas leurs noms, car nul ne doit connaître à l’extérieur la mission de chacun d’entre eux, confidentialité oblige. Mais une chose est sûre : ils sont la cheville ouvrière de la présidence française pour la prochaine conférence de Paris sur le climat, qui aura lieu du 30 novembre au 11 décembre au Bourget. Stratégie, finance, droit, forêt... ils couvrent tout le champ des négociations. Et de la qualité de leur travail et de leur capacité à échanger au bon moment dépendent les informations remontant vers celui qui doit présider les débats, Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères et du Développement international.

Originalité du dispositif, ils viennent de différents ministères, le Quai d’Orsay pour les diplomates, l’Environnement ou l’Economie pour les autres, et travaillent tous ensemble. Quand ils ne participent pas à une session de négociations, ils s’affairent sous les combles de l’hôtel de Roquelaure, le ministère de Ségolène Royal, à Paris. Trente il y a deux ans, ils sont plus de 50 aujourd’hui et occupent un étage entier, qui ressemble aux coursives d’un bateau. La ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant