Coulisses de l'Assemblée : "Nous sommes dans la confiance a priori"

le
0
Manuel Valls tenait son discours de politique générale ce mardi devant l'Assemblée.
Manuel Valls tenait son discours de politique générale ce mardi devant l'Assemblée.

Aurélie Filippetti est la première à s'installer dans l'hémicycle. 14 h 41, la ministre de la Culture ouvre grand Le Monde sur sa tablette, pour patienter jusqu'à 15 heures et le discours de politique générale du nouveau chef du gouvernement, Manuel Valls. Deux minutes plus tard, c'est Ségolène Royal qui entre et s'assoit à son tour, tout en bas des gradins. La nouvelle ministre de l'Écologie avait quitté l'Assemblée nationale en 2007, préférant sa région Poitou-Charentes à la députation. En juin 2012, après la victoire de la gauche à la présidentielle, elle rêvait de s'installer au perchoir. Sa cruelle défaite aux législatives, à La Rochelle, lui avait barré la route, et c'est Claude Bartolone qui y était monté. Persuadée qu'elle aurait été meilleure pour ce poste, et qu'elle aurait aussi pu devenir Premier ministre si sa vie privée n'était pas liée à celle du président, son nouveau rôle sonne comme une revanche. La ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, lui envoie un baiser de la main en s'asseyant à quelques places de son ancien mentor. De nombreux députés font un détour sur leur chemin pour lui serrer la main, lui adresser quelques mots de bienvenue. Moment-clé Michel Sapin, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon et Sylvia Pinel s'installent à leur tour sur les bancs des ministres. L'autre moitié du gouvernement est au Sénat, où le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius doit lire pour...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant