Coulée de boue toxique : l'État brésilien exige une indemnisation record

le
0
Le petit village de Bento Rodrigues dans l'état du Minas Gerais au Brésil englouti par la coulée de boue.
Le petit village de Bento Rodrigues dans l'état du Minas Gerais au Brésil englouti par la coulée de boue.

L’entreprise minière Samarco, suspectée de négligence, pourrait devoir verser jusqu’à 20 milliards de reais (4,45 milliards d’euros) permettant d’entreprendre les réparations

Un peu plus de cent jours après l’une des pires catastrophes écologiques qu’ait jamais connue le Brésil, l’heure des comptes est venue. L’entreprise minière Samarco, suspectée de négligence coupable lors de la rupture de deux barrages dans l’état du Minas Gerais, le 5 novembre 2015, doit conclure un accord avant la fin du mois de février avec le gouvernement brésilien. La catastrophe avait engendré une avalanche de boue chargée de rejets miniers déversée sur plus de 600 kilomètres, engloutissant le petit village de Bento Rodrigues, dévastant la faune et la flore, et souillant le fleuve Rio Doce jusqu’à la mer. 19 avaient trouvé la mort.

L’entreprise détenue à 50-50 par les groupes brésiliens Vale et australien BHP Billiton, pourrait devoir verser jusqu’à 20 milliards de reais (4,45 milliards d’euros) permettant d’entreprendre, sur dix ans, la réparation et le dédommagement de la catastrophe. Dans l’immédiat, l’entreprise devra verser 2 milliards de reais. A désastre inédit, montant inédit. Jamais l’Etat n’a exigé de telles sommes. En 2000, suite à la fuite de pétrole dans la baie de Guanabara à Rio de Janeiro, le groupe pétrolier Petrobras à l’origine du désastre avait dû s’acquitter de sommes chiffrées en dizaines de millions de réais.

Poursuites pénales L’accord, qui pour aboutir doit d’abord vaincre les dernières résistances de l’entreprise, s’ajoute aux poursuites pénales engagées contre Samarco. Un peu moins d’une dizaine de membres de la direction de l’entreprise,...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant