Coucou, revoilà Trémou !

le
0
Coucou, revoilà Trémou !
Coucou, revoilà Trémou !

Après plusieurs années en pointillés en équipe de France, Benoît Trémoulinas refait surface à l'occasion des matchs amicaux contre le Danemark et le Brésil. Des matchs amicaux, c'est tout ce que l'ancien Girondin a jamais joué en EDF, la faute à un parcours sinueux en club. À un léger conformisme, aussi, sans doute. Une situation qui est peut-être sur le point de changer.

Benoît Trémoulinas est un homme qui a toujours su prendre son mal en patience. Lorsqu'il signe son premier contrat pro avec les Girondins de Bordeaux en 2007, le régional de l'étape – il a grandi à Lormont, ville de la rive droite bordelaise – s'apprête à souffler ses vingt-deux bougies. C'est encore jeune, certes, mais plus tardif que la moyenne des autres aspirants footballeurs. Avant ça, le latéral originaire de la Réunion patiente tranquillement dans l'antichambre de la CFA avec la B des Marine et Blanc, tandis que le futur du couloir gauche est promis à un Florian Marange d'un an son cadet lorsque le vétéran Jurietti aura pris une retraite bien méritée. Presque dix ans ont passé, et Florian Marange s'est empêtré dans le ventre mou de la Ligue 1 avec Bastia après la mésaventure Crystal Palace qui l'avait vu ostracisé par le club londonien. Benoît Trémoulinas, lui, a été convoqué par Didier Deschamps dans le groupe France pour affronter le Brésil et le Danemark en amical. Pour autant, son parcours ressemble à tout sauf à une trajectoire imperturbable et rectiligne. Pour revenir en sélection nationale, ce fut très dur pour Trémou. D'ailleurs, sa présence au sein des Bleus est bien loin d'être acquise.
Après le pain noir, Laurent Blanc
À dire vrai, Benoît Trémoulinas doit une fière chandelle à Laurent Blanc. C'est bien l'ancien "Président" qui, en débarquant dans le port de la Lune, a offert au latéral gauche une présence pérenne dans l'effectif Girondin. Même s'il n'a pas encore joué le moindre match avec les pros, Blanc semble accorder plus de crédit à Trémou qu'à son compère Marange : lors de la saison 2007-2008, le premier joue vingt matchs toutes compétitions confondues, tandis que le second se contente de seize matchs. L'exercice suivant, Trémoulinas est propulsé titulaire sur la gauche de la défense marine et blanc, tandis que Marange finira la deuxième partie de saison en prêt au Havre. Pourquoi ? Parce que Laurent Blanc apprécie plus que de raison la capacité du latéral de poche à s'engouffrer dans le couloir et à délivrer des centres parfaits sur la tête de ce grand chameau de Marouane Chamakh. Avec ses sept passes décisives, il contribue grandement au titre des Girondins en Ligue 1, dans l'ombre du duo Gourcuff-Chamakh.

Il est le symbole de ce Bordeaux qui soulève l'Hexagoal, alors qu'une place en Ligue Europa semblait plus concorder avec l'effectif sur le...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant