Couac sur les terrains destinés aux HLM

le
17
Alors que 1,2 million de Français sont en attente d'un logement social, le ministère du Logement patine sur la liste exacte des terrains disponibles pour de nouveaux aménagements.

Mercredi, la liste des terrains destinés aux HLM est rendue publique. Une carte présentant le foncier disponible par région est même publiée. Jeudi, la liste est retirée du site du ministère du Logement. Visiblement, la présentation du projet de loi relatif à la mobilisation pour la construction de logements orchestrée par Cécile Duflot en ce milieu de semaine subit un couac, alors même que le gouvernement se targuait de contribuer à l'ouverture des données publiques.

En fait, le nombre d'emplacements appartenant à l'Etat disponibles pour une cession aux collectivités locales pour l'aménagement de logements sociaux est aujourd'hui approximatif. «Environ 900 emplacements seront disponibles mais c'est un premier éventail de terrains proposés, à ajuster en fonction des suggestions des collectivités locales» indique-t-on vendredi matin au ministère en charge du dossier alors que le nombre de 930 emplacements avait été communiqué mercredi.

Une liste erronée

La liste présentée datait de mars 2012 et avait été établie par le précédent gouvernement, confirme le ministère actuel. Cette liste était partiellement erronée. À Orléans par exemple, le terrain des Groues figurait dans la liste des terrains à céder alors qu'il appartient déjà à l'agglomération depuis 2005. «Cela dénote de l'amateurisme du gouvernement» s'insurge le maire UMP d'Orléans, Serge Grouard. Les préfets ont jusqu'à la mi-septembre pour dresser un bilan clair des terrains effectivement disponibles sur leur territoire. À leur charge ensuite de négocier la cession de ces emplacements avec les maires, en fonction de critères pré-établis par le décret d'application de la loi qui devrait être votée d'ici fin 2012. Ces pourparlers débuteront donc a priori au cours du premier trimestre 2013. «Certaines négociations sont déjà en cours» soutient-on pourtant au ministère du Logement. En revanche, aucune affirmation sur la date des débuts des premières constructions ni sur celle de l'emménagement possible des premiers bénéficiaires.

Pendant sa campagne, François Hollande avait signé et donc approuvé le «Contrat Social pour une Nouvelle Politique du Logement» conçu par la fondation Abbé Pierre et dans lequel était réclamée la construction de 500.000 logements par an dont 150.000 dits «sociaux», hors PLS (ceux intermédiaires). Le renforcement de la loi SRU (solidarité et renouvellement urbain) y figurait également, et c'est un point qui a été repris parmi les fameux 60 engagements du candidat Hollande. «Je porterai à 25% les exigences en matière de construction de logements sociaux et je favoriserai la mixité sociale en imposant une règle des trois tiers bâtis: un tiers de logements sociaux locatifs à loyer modéré, un tiers de logements en accession sociale, un tiers de logements libres» stipule l'engagement 22.

3,6 millions de mal-logés en France

À 14h, ce vendredi, la ministre de l'Egalité des territoires et du Logement, Cécile Duflot , sera en déplacement avec le premier ministre Jean-Marc Ayrault à la caserne de Reuilly dans le 12ème arrondissement de Paris. La mairie entend transformer les 19.600 m2 disponibles en logements dont la moitié en HLM. En France, la fondation Abbé Pierre estime à 3,6 millions le nombre de personnes mal logées et 1,2 million celles actuellement en attente d'un logement social.

LIRE AUSSI:

» Logement social: à Paris, les habitants du XVe échaudés

» Duflot mise en priorité sur le logement social

» Sévère coup de froid pour la construction de logements

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • uran le dimanche 9 sept 2012 à 21:22

    Lorsque l'on construit un logement pas forcement de luxe mais disons de standing on améliore la situation de plusieurs familles. la personne qui va habiter ce logement va libérer un logement légèrement moins bien. Ce logement sera occupé par une famille dont le logement était lui aussi légèrement moins bien. Ainsi de suite plusieurs personnes verront leur situation en matière de logement s'améliorer pour un seul logement construit.

  • uran le dimanche 9 sept 2012 à 21:13

    Il y a 40 ou 50 ans il y avait une certaine mixité sociale dans certains HLM. Ensuite ceux qui en avait la possibilité sont partis au fur et à mesure que le nombre de voisins peu sympathiques augmentait.Aujourd'hui alors qu'il y a pénurie d'HLM on est obligé de démolir ceux qui étaient très bien il y a à peine 40 ans. C'est un immense gâchis.

  • uran le dimanche 9 sept 2012 à 21:09

    Que deviennent les libertés individuelles. «Je porterai à 25% les exigences en matière de construction de logements sociaux et je favoriserai la mixité sociale en imposant une règle des trois tiers bâtis: un tiers de logements sociaux locatifs à loyer modéré, un tiers de logements en accession sociale, un tiers de logements libres» stipule l'engagement 22.Les gens qui ont la possibilité de choisir feront tout leur possible pour quitter au plus vite le voisinage de délinquants.

  • M9285685 le samedi 8 sept 2012 à 11:27

    Je suis d'accord avec M1310580 : un tiers d'HLM, un tiers d'accession sociale et un tiers de libre... C'est tirer la valeur foncière vers le bas, et ça ne donne pas envie d'acheter dans le quartier. Tout du moins pas sur plan, ne sachant pas quelle fréquentation le quartier aura au final. Rendez-vous dans 20 ans ^__^

  • frk987 le samedi 8 sept 2012 à 10:05

    Les jardins de l'Elysée pour les campement des roms ? c'est pas prévu ?

  • paumont1 le samedi 8 sept 2012 à 08:10

    Il est curieux qu'après avoir encouragé d'une manière éhontée la spéculation sur les logements, les politiques en finissent par bradé ce qui reste de l'argenterie.On chercherai à finir de ruiner l'état pour vendre la France sur les marchés, on ne s'y prendrait pas autrement.

  • mlaure13 le samedi 8 sept 2012 à 00:31

    Les renvoyer ?...Sûrement pas, ça va bientôt faire des électeurs pour voter à gauche !!!...

  • birmon le vendredi 7 sept 2012 à 19:32

    Si on renvoyait les algériens d'origine et leur descendance de l'autre côté de la Méditerranée, comme ils l'ont fait pour les pieds noirs, cela résoudrait partiellement le problème du logement en France. Ce n'est pas du racisme, les autres maghrebins pourraient rester, les harkis aussi, bien sûr. Ce ne serait qu'un juste retour des choses.

  • MAM34090 le vendredi 7 sept 2012 à 19:04

    Joli croupion...

  • M1734803 le vendredi 7 sept 2012 à 16:48

    Mais qui veut de la mixité sociale? Pour avoir été maire, personne. Comme disait la publicité pour des rillettes: nous n'avons pas les même valeurs.