Couac gouvernemental sur la diffusion des matches en terrasse

le
0
Couac gouvernemental sur la diffusion des matches en terrasse.
Couac gouvernemental sur la diffusion des matches en terrasse.

Ce matin, les cafetiers pouvaient remballer leurs écrans géants : le secrétaire d'État chargé des Sports Thierry Braillard annonçait, sur BFM TV, l'interdiction pour les cafés, restaurants et autres lieux similaires de diffuser les matches de l'Euro sur leurs terrasses. Motif, évidemment : la sécurité. La menace d'attentats plane, à Paris comme ailleurs, et les forces de l'ordre sont dans l'incapacité de sécuriser ce type de rassemblement. Depuis le fin de matinée, ces mêmes cafetiers peuvent redéballer leurs téléviseurs : le supérieur de Braillard, Patrick Kanner, a retropédalé. Aux journalistes de La Provence, il a assuré que les retransmissions télévisées sont bel et bien autorisées, seuls les écrans installés par les communes étant interdits dans les espaces ouverts.

Les forces de sécurité à bout

La raison invoquée par Thierry Braillard est pourtant légitime. Les policiers, gendarmes et agents de sécurité sont à bout. À bout de leurs possibilités, puisque l'Euro mobilise déjà 90 000 de leurs éléments. À Paris, 80 % des fonctionnaires de la préfecture de police ont pour mission d'assurer la sécurité de l'événement, dans les rues, autour de la fan-zone du Champs-de-Mars et aux abords des stades (Parc des princes et Stade de France). À bout de leurs forces, aussi, puisque les attentats et l'état d'urgence sollicitent depuis des mois policiers et gendarmes, obligés d'enchaîner...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant