Cotta : les partis politiques sont-ils devenus inutiles ?

le
1
Pour Michèle Cotta, les partis politiques ne sont plus des usines à idées et confient à des think tank le soin de la réflexion (photo d'illustration).
Pour Michèle Cotta, les partis politiques ne sont plus des usines à idées et confient à des think tank le soin de la réflexion (photo d'illustration).

Que répondre à la question, bateau s'il en est, agitée en cette fin d'année par les états-majors politiques : les partis politiques servent-ils encore à quelque chose ? Qu'il soit permis de donner une réponse claire à une question qui ne l'est pas moins : non, les partis politiques ne sont plus en mesure, comme ils l'ont fait longtemps, de structurer autour d'eux la vie et la pensée politiques. Les raisons en sont si nombreuses qu'on ne peut sans doute en retenir que quelques-unes. D'abord le mode de consommation, comme ou pourrait en risquer l'expression, des militants et des sympathisants politiques a changé. Longtemps, les militants des grands partis dits de masse étaient tout à la fois chair à canon, taillables et corvéables à merci, réunis chaque semaine, à la même heure, en cellules, cercles, sections, tout ce qu'on voudra. En période électorale, ils couraient à leur matériel d'affichage et couvraient les murs d'affiches que leurs adversaires détruisaient ou recouvraient aussitôt. Autrement, lorsque les élections étaient encore lointaines, dans ces réunions au demeurant souvent chaleureuses, on discutait du présent et de l'avenir, du pouvoir quand on l'avait, de la nécessité et des moyens de le prendre quand on ne l'avait pas. Les plus jeunes étaient préposés à se creuser la tête pour trouver des idées nouvelles, les plus vieux avaient souvent à coeur de leur rétorquer qu'ils y avaient pensé bien avant eux. Mais enfin,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 le vendredi 19 déc 2014 à 08:14

    JPi - Ils sont devenus 'immobiles' dans le présent avec aucune perspective du devenir = inutiles.