Cotentin : à la recherche des traces des Vikings dans l'ADN normand

le , mis à jour le
0
Cotentin : à la recherche des traces des Vikings dans l'ADN normand
Cotentin : à la recherche des traces des Vikings dans l'ADN normand

«L'objectif, c'est de connaître l'intensité de la colonisation scandinave aux IXe et Xe siècle dans le Cotentin, son ampleur, mais aussi si les colons sont restés entre eux ou bien se sont mariés avec les locaux», explique Richard Jones, de l'université de Leicester, entre deux collectes de salive à Valognes (Manche).

L'université mène une étude visant à comparer les diasporas scandinaves de trois régions britanniques et une française : la presqu'île du Nord Cotentin. «La Normandie est la seule formation politique durable établie par les Vikings sur le continent» européen, rappelle Richard Jones. En effet, la région est née en 911 lorsque le roi Charles le Simple, débordé par les Vikings, confie la gestion des pays autours de la Basse-Seine à l'un des envahisseurs, Rollon.

Et les Vikings ont laissé des traces. La pointe nord-ouest de la Normandie compte un nombre important de toponyme et de patronymes scandinaves. Les scientifiques expliquent qu'ils auraient pu étendre leur recherche au Pays de Caux, un territoire situé entre Le Havre et Yvetot.

De possibles signes d'ancêtres vikings

Pour pouvoir participer à cette enquête, autorisée pendant deux jours par la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL), il faut avoir un nom de famille présent en France depuis le Xième ou à consonance scandinave. Autres personnes concernées par l'étude : celles ayant quatre grands-parents ayant toujours vécu dans un rayon de 50 kilomètres autour de son lieu de vie actuel.

Concrètement, les volontaires recevront une feuille avec des codes et leur interprétation. Le «I1» par exemple est «un sous-groupe de I, peuple de chasseurs-cueilleurs présent en Europe il y a plus de 10.000 ans. «I1» est fréquent en Scandinavie et par conséquent un possible signe d'un ancêtre viking». Les résultats obtenus devraient compléter ceux fournis notamment par l'archéologie.

Les volontaires recevront leur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant