Côte d'Ivoire : une réconciliation qui tarde

le
0
Dix-huit mois après la chute de Laurent Gbagbo, le pays reste miné par l'insécurité.

Pour sa seconde rencontre avec François Hollande, mardi, le président ivoirien, Alassane Ouattara, trouvera du soutien. La France, artisan clé dans le dénouement de la crise, n'entend pas lâcher le chef de l'État. À Paris, celui-ci vient faire valoir son bilan économique flatteur et symbolisé par une croissance attendue de 8 % l'an prochain. «La reprise est le bon point de la politique de Ouattara. Le reste demeure décevant même si tout le monde reconnaît que le travail à faire est immense et pas facile», résume un diplomate occidental à Abidjan.

Après dix-huit mois de pouvoir effectif, le nouveau régime tarde à imprimer sa marque. La réconciliation nationale après dix ans de crise, la reconstruction de l'armée, la justice et surtout le rétablissement de la sécurité se font attendre. Le soir, les grandes artères de la capitale économique se hérissent de barrages, plus ou...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant