Côte d'Ivoire : massacre de civils sur un marché d'Abidjan

le
0
Le camp Gbagbo a tué jeudi au moins 25 personnes dans un quartier pro-Ouattara du nord de la ville. L'ONU parle de «crime contre l'humanité» et la France réclame de nouvelles sanctions.

La Côte d'Ivoire semble plonger dans une guerre civile qui ne dit pas son nom. Entre 25 et 30 civils ont encore été tués jeudi, selon l'ONU, au cours d'une attaque à l'arme lourde perpétrée dans un quartier d'Abidjan par les forces armées du camp du président sortant Laurent Gbagbo. Celui-ci dément toute implication.

Ce massacre constitue l'un des drames les plus sanglants depuis le début de la crise post-électorale, mi-décembre. Dans le quartier populaire d'Abobo, au nord de la capitale économique, une équipe de la mission de l'ONU en Côte d'Ivoire (Onuci) «a pu observer que les forces armées du camp de Laurent Gbagbo ont tiré au moins six projectiles sur le marché et ses environs», a déclaré le porte-parole de l'Onuci. Cette attaque à l'arme lourde a causé «la mort de 25 à 30 personnes» et a fait «entre 40 et 60 blessés», a indiqué Hamadoun Touré.

«L'Onuci exprime son indignation devant de telles atrocités contre des civils innocents. Les auteurs de

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant