Côte d'Ivoire: marathon informatique pour réinventer l'accès à l'information

le
0
Côte d'Ivoire: marathon informatique pour réinventer l'accès à l'information
Côte d'Ivoire: marathon informatique pour réinventer l'accès à l'information

Massés pendant 48 heures à Abidjan derrière leurs écrans, une trentaine de jeunes développeurs informatiques, d'ingénieurs et de journalistes se livrent bataille durant un "hackathon", sorte de marathon numérique. Leur but : faciliter l'accès à l'information en Afrique.Des dizaines d'ordinateurs portables éclairent la petite salle de l'Ecole supérieure africaine des technologies et des communications, basée dans la capitale économique ivoirienne, où se tient la compétition. Faute de climatisation, les débats se tiennent dans une chaleur étouffante."On va créer un réseau social pour permettre à chaque citoyen de produire de l'information", lance un jeune développeur. "Ca existe déjà, ça s'appelle Twitter", lui répond, tranchant, un membre du jury.Sept équipes s'affrontent au "hackathon" - contraction de "hack" (pirater en anglais) et de "marathon" - abidjanais, démarré vendredi et qui s'achèvera dimanche soir. La trentaine de concurrents a deux jours pour bâtir et affiner ses concepts. La maturation se fait de jour comme de nuit.L'objectif de l'évènement est "d'identifier et d'accompagner des projets qui vont permettre un meilleur accès à l'information dans les pays africains", décrypte Pierre Jalladeau, directeur Afrique de l'agence française de coopération média CFI, co-organisatrice du hackathon.Car l'Afrique est à la traine des autres continents en terme d'utilisation d'internet et des réseaux sociaux. Même si des pays comme le Maroc, l'Egypte, l'Afrique du sud ou le Kenya, avec la moitié de leur population connectée, sont à des années lumière de la Sierra Leone, de la Somalie ou du Niger, où ce quota est inférieur à 2%, d'après le site internetworldstats.com."Analphabétisme" ou "analphabétisme numérique", "délestages" électriques, "faiblesse de la bande passante"... les raisons "objectives" ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant