Côte d'Ivoire-Les soldats mécontents regagnent leurs casernes

le
0

ABIDJAN, 19 novembre (Reuters) - Les soldats ivoiriens qui ont paralysé plusieurs villes du pays ont regagné leurs casernes mercredi après que le gouvernement a accepté de leur verser leurs arriérés de soldes et de primes. Le ministre de la Défense Paul Koffi Koffi doit rencontrer une délégation des contestataires dans l'après midi. Ces militaires, d'anciens rebelles intégrés à l'armée régulière, ont dressé mardi des barricades et bloqué des rues dans la capitale économique, Abidjan, à Bouaké, la deuxième ville du pays, ainsi qu'à Korhogo, Odienné, Bondoukou et Daloa, centre de l'industrie du cacao. Au départ pacifiques, les manifestations se sont durcies après l'annonce du ministre de la Défense que le gouvernement cédait à certaines de leurs exigences. Certains manifestants demandent de l'avancement et le versement d'une prime de cinq millions de francs CFA (7.600 euros) qui leur avait été promise il y a trois ans lorsqu'ils combattaient les partisans de Laurent Gbagbo. Selon des habitants de Korhogo et Daloa, des militaires ont été déployés sur les principales artères des deux villes. Le calme est également revenu à Odienné et Abidjan. A Bouaké, bastion des rebelles lors de la guerre civile de 2011, des soldats ont pillé le commissariat central au cours de la nuit. "Ils ont pris les ordinateurs et les véhicules. Ils ont démoli les bureaux et ont tenté de pénétrer dans l'armurerie sans y parvenir. Les dégâts sont considérables", a dit un témoin. Les militaires en colère sont d'anciens rebelles qui avaient participé à la guerre civile de 2011 ayant conduit à l'éviction du président Laurent Gbagbo. Celui-ci avait refusé de reconnaître sa défaite lors de l'élection présidentielle face à Alassane Ouattara l'année précédente. (Joe Bavier et Ange Aboa,; Nicolas Delame pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant