Côte d'Ivoire : le rôle clé des militaires français

le
0
Plus de 200 soldats de la force «Licorne» étaient à la manœuvre.

Laurent Gbagbo et son épouse Simone arrêtés, Paris s'est empressé lundi d'opposer un ferme démenti aux affirmations propagées par leur entourage: le couple présidentiel n'a pas été appréhendé par les forces spéciales françaises, mais par celles d'Alassane Ouattara. «À aucun moment les forces françaises n'ont pénétré» dans la résidence présidentielle, a affirmé l'état-major en indiquant qu'elles avaient seulement été «en soutien de l'opération».

Une précision de taille: elle vise à ancrer l'idée que la France a agi dans le strict respect de son mandat onusien. C'est dans ce cadre, en effet, que les forces françaises de «Licorne», passées en quelques jours de 980 à 1700 hommes, ont aidé depuis le 4 avril les Casques bleus de l'Onuci à «protéger les civils» et à «prévenir l'usage d'armes lourdes», selon les termes de la résolution 1975 du 30 mars.

Les événements de lundi qui ont conduit à la capture de l'ex-président sont-ils conformes au 1/4 /p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant