Côte d'Ivoire : le PS embarrassé par de vieux liens d'amitié

le
0
Alors qu'Henri Emmanuelli a dénoncé la «campagne de dénigrement» à l'encontre de Laurent Gbagbo, Martine Aubry estime que le président sortant «se doit de respecter le choix de son peuple »

Les socialistes connaissent Laurent Gbagbo depuis longtemps. Depuis les années 1980 en fait, lorsque, incarcéré sous Houphouët-Boigny, François Mitterrand lui rend visite en prison avant d'obtenir sa libération. Gbagbo sera ensuite expulsé vers la France où il rejoindra le PS et tissera des liens d'amitié avec de nombreux cadres du parti, Jack Lang et Henri Emmanuelli en tête, mais aussi Jean-Luc Mélenchon. À l'époque, au PS, la traditionnelle rivalité entre l'aile gauche et l'aile droite du parti se cristallise aussi autour du cas Gbagbo.

Les socialistes se souviennent encore d'une réunion «épique» du bureau national à son sujet. Éric Besson s'était alors violemment opposé à Laurent Gbagbo et à son concept d'«ivoirité », avant de le traiter de «dictateur ». «Le ton est monté et il en est presque venu aux mains avec Mélenchon », se souvient un participant. Cette amitié de certains socialistes avec le président ivoirien perdure aujourd'hu

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant