Côte d'Ivoire : l'ex-Première dame Simone Gbagbo condamnée à 20 ans de prison

le
0
Côte d'Ivoire : l'ex-Première dame Simone Gbagbo condamnée à 20 ans de prison
Côte d'Ivoire : l'ex-Première dame Simone Gbagbo condamnée à 20 ans de prison

C'est une peine deux fois supérieure aux réquisitions. L'ex-Première dame de Côte d'Ivoire Simone Gbagbo a été condamnée ce mardi matin à 20 ans de prison pour son rôle durant la crise post-électorale de 2010-2011. Considérée comme une protagoniste majeure dans cette affaire, elle était accusée d'«attentat contre l'autorité de l'Etat, participation à un mouvement insurrectionnel et trouble à l'ordre public».

Surnommée «la Dame de fer ivoirienne» au temps où son mari, Laurent, était au pouvoir, Simone Gbagbo, est un personnage politique très clivant dans son pays. Avec 79 personnes, cette femme de 65 ans, était au c½ur d'une crise causée par le refus de Laurent Gbagbo de reconnaître la victoire de l'actuel chef de l'Etat, Alassane Ouattara, lors de l'élection présidentielle de novembre 2010. Les violences entre les deux camps ont fait plus de 3 000 morts en cinq mois.

Vers un pourvoi en cassation

Simone Gbagbo a été autant respectée pour son parcours dans l'opposition que redoutée dans son rôle de «présidente» à poigne. Le 23 février dernier, lors de son audience, Simone Gbagbo, tantôt souriante, ironique ou cinglante, s'était livrée à une diatribe enflammée contre le régime ivoirien actuel et contre la France, qui selon elle a soutenu l'actuel chef de l'Etat ivoirien. Confrontée à cinq témoins, dont deux ont affirmé l'avoir vue livrer des armes à des jeunes d'Abidjan, elle avait calmement nié. Invitée lundi après-midi à livrer ses derniers mots à la barre, la très dévote ancienne Première dame a déclaré «pardonner» à la partie adverse ses «injures».

Selon son avocat toutefois, elle est «un peu affectée». Et Me Rodrigue Dadjé de dénoncer «une décision purement politique». «J'ai honte pour la justice ivoirienne», a-t-il tonné, annonçant un pourvoi en cassation. Dans le droit ivoirien, la procédure d'appel n'existe pas pour des condamnations en assises.

Un autre procès ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant