Côte d'Ivoire : flambée de colère après la mort d'une jeune mannequin

le
0
Côte d'Ivoire : flambée de colère après la mort d'une jeune mannequin
Côte d'Ivoire : flambée de colère après la mort d'une jeune mannequin

Son joli visage souriant est devenu l'étendard de la colère dans les rues d'Abidjan. Le décès d'Awa Fadiga, une jeune mannequin ivoirienne de 23 ans, mardi dans un hôpital public de la ville, a soulevé un émoi populaire très vif. Sa famille attribue sa mort à des négligences en série, et dénonce la vétusté du système de santé public en Côte d'Ivoire.

Vraisemblablement agressée dans un taxi dimanche vers 22 heures, retrouvée sous un pont, en sang, une heure plus tard, la victime est emmenée par les sapeurs-pompiers aux urgences du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Cocody, un bâtiment massif construit il y a plusieurs décennies, où elle tombe dans le coma puis meurt le mardi à 7 heures.

«La honte !» La Une vendredi du quotidien Nord-Sud - un journal pourtant proche du régime -, agrémentée d'une grande photo de la jolie Awa Fadiga, 23 ans, traduit l'indignation de la presse et de la société ivoiriennes.

Famille et autorités divergent sur les circonstances du décès

«De 23 heures dimanche jusqu'au lundi à 13 heures, ma "fille" n'a reçu aucun soin», s'indigne Sira Koné Fadiga, la tante de la victime, qui l'a élevée depuis qu'elle avait 6 ans. «Quand nous sommes arrivés aux urgences, nous l'avons trouvée à même le sol, à demi-nue, ne portant qu'un collant bleu», sanglote-t-elle, tout en montrant des photos de sa nièce longiligne, adolescente puis adulte, souvent sur des podiums, «toujours choisie» dans des castings, sourit-elle tristement. Awa Fadiga est «morte pour 12.000 francs CFA (18,3 euros) d'ordonnance médicale qu'elle n'a pu honorer», s'emporte sa tante, «révoltée», une liste de factures qu'elle dit avoir payées à la main.

VIDEO. Affaire Awa Fadiga : la version de son agent

La version des autorités est toute autre. La jeune femme a reçu «les premiers soins médicaux que nécessitait son état», affirme le ministère de la Santé dans un communiqué, ce que ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant