Côte d'Ivoire : Blé Goudé, bras droit de Gbagbo, transféré à la CPI

le
0
Côte d'Ivoire : Blé Goudé, bras droit de Gbagbo, transféré à la CPI
Côte d'Ivoire : Blé Goudé, bras droit de Gbagbo, transféré à la CPI

Charles Blé Goudé retrouve son mentor Laurent Gbagbo. Le bras droit de l'ex-président ivoirien a été transféré samedi à la Cour pénale internationale (CPI), qui l'accuse de crimes contre l'humanité, a annoncé le gouvernement ivoirien. A La Haye (Pays-Bas), siège de la CPI, il rejoindra donc Laurent Gbagbo, qui y est écroué depuis fin 2011 en attente d'un procès. L'avion «affrété par la CPI» a décollé à 11 heures de la capitale économique ivoirienne et devait atterrir entre 16 heures et 18 heures aux Pays-Bas.

Ex-chef des «jeunes patriotes», un mouvement pro-Gbagbo extrêmement violent, Charles Blé Goudé a été arrêté en janvier 2013 au Ghana après une cavale de plus d'un an et demi, consécutive à l'arrestation du président ivoirien. Considéré par des ONG internationales comme responsable de nombreuses violences, il est connu pour ses harangues passionnées et a été surnommé «général de la rue» pour sa capacité de mobilisation.

Une décision qui divise le pays

Le conseil des ministres avait accepté jeudi le transfèrement de Charles Blé Goudé, 42 ans, dont le mandait d'arrêt, émis le 21 décembre 2011, avait été rendu public par la CPI en octobre. La juridiction internationale le soupçonne de quatre chefs d'accusation de crimes contre l'humanité, à savoir meurtre, viol, persécution et autres actes inhumains, commis entre le 16 décembre 2010 et le 12 avril 2011.

La décision d'Abidjan divise la Côte d'Ivoire, où l'opposition pro-Gbagbo accuse le pouvoir d'Alassane Ouattara de signer la fin de la réconciliation. La Côte d'Ivoire a connu une décennie de crise politico-militaire, qui a culminé avec les violences postélectorales de 2010-2011, lorsque Laurent Gbagbo avait refusé de reconnaître sa défaite à la présidentielle de 2010 face à l'actuel dirigeant Alassane Ouattara. Plus de 3000 personnes avaient été tuées durant cette crise.

Abidjan a refusé en septembre le transfèrement à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant