Côte d'Ivoire : au moins 16 morts dans des attentats revendiqués par le groupe Aqmi

le , mis à jour à 23:13
0
Côte d'Ivoire : au moins 16 morts dans des attentats revendiqués par le groupe Aqmi
Côte d'Ivoire : au moins 16 morts dans des attentats revendiqués par le groupe Aqmi

Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi)  a revendiqué les attentats de ce dimanche contre trois hôtels de la station balnéaire de Grand-Bassam, à l'est d'Abidjan en Côte d'Ivoire. Selon le dernier bilan annoncé par le président ivoirien Alassane Ouattara, quatorze civils et deux militaires membres des forces spéciales ont été tués. Le président, qui s'est rendu sur les lieux, ajoute que six assaillants ont également été abattus. Pour sa part AQMI, n'évoque que «trois héros».

La fusillade a éclaté sur une plage très fréquentée par les Occidentaux, surtout le week-end. Parmi les victimes, il y aurait quatre blancs, a indiqué le ministre ivoirien de l'Intérieur, Hamed Bakayoko : «Nous avons identifié une (des victimes) de nationalité française et une allemande.» Les ministres français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, et de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, se rendront mardi à Abidjan pour exprimer la solidarité de la France «avec les autorités et le peuple ivoiriens et assurer de leur soutien la communauté française sur place».

La France a ouvert des cellules de crise

Les assaillants «puissamment armés et portant des cagoules ont notamment tiré sur les occupants de L'Etoile du sud, a expliqué un témoin joint par l'AFP. Selon ce même témoin, cet hôtel est particulièrement fréquenté par les expatriés en période de canicule. Sur son site internet, le consulat général de France à Abidjan demande «de ne pas se déplacer entre Assinie, Bassam et Abidjan pour ne pas gêner l'action des forces de l'ordre».

La France a ouvert des cellules de crise à Paris et à Abidjan. «Tout est mis en œuvre pour identifier les victimes et leur nationalité», a indiqué le chef de la diplomatie Jean-Marc Ayrault dans un communiqué, en annonçant la mise en place de deux numéros d'urgence.

A Paris, il s'agit du 01 43 17 56 46, et à Abidjan du 00 225 20 20 05 44. Le parquet de Paris a annoncé l'ouverture ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant