Corum Convictions envisage une nouvelle augmentation de son prix

le
0

Pour la 3ème année consécutive Corum Convictions a offert un taux de distribution parmi les plus élevés (6,31%) dans sa catégorie tout en renforçant ses réserves (7,09€ / part). Les épargnants qui recherchent l'appréciation de leur capital sont également gâtés. Après avoir été lancée en 2012 sur un prix de souscription de 1000€, la SCPI a vu le prix de sa part porté à 1030€ en juin dernier. Un an plus tard, jour pour jour… il augmentera à nouveau de 1,45 % à 1045€.

Frédéric Puzin, PDG de Corum AM n'est pas avare d'arguments pour justifier la superformance de Corum Convictions. La SCPI déploie une stratégie d’investissement ouverte et opportuniste sans spécialisation thématique (bureaux, commerces, activité, santé…) ou géographique. Un « paramètre fondamental de la rentabilité immédiate et future ».

Par ailleurs, la variabilité de son capital lui apporte un flux régulier de capitaux qui nécessite d'être investi rapidement. Le but ? Eviter un placement de la trésorerie sur des supports monétaires maigrement rémunérés (en moyenne 0,25 % en 2014). Avec un rendement immobilier de 8 % soit un écart de rentabilité de 7,75 % la société de gestion a donc compris que « chaque jour de retard dans l’acquisition d’un nouvel immeuble peut coûter cher ».

Dans les faits, le millésime 2014 a été riche en investissements. Grâce à une collecte de 132,2 m€, Corum Convictions a réalisé 11 acquisitions. Au delà d'une accélération européenne (44 % de l'actif), la surface du patrimoine a été presque multipliée par 4 (141999m2 contre 35986m2) sur toutes sortes d'actifs (bureaux, commerces, entrepôts, hôtels, supermarchés). Indicateur qui donne de la visibilité sur les flux locatifs futurs et donc sur les dividendes, la durée moyenne des baux fermes restant à courir s'élève à 7,23 années. L’âge et la qualité environnementale des immeubles déterminent aussi la valorisation à terme du patrimoine. Sous cet angle, 70% des biens sont récents ou neufs et 59 % bénéficient d'un label environnemental.

Le taux d'occupation financier demeure d'un niveau élevé d'un exercice sur l'autre (99,61 %). Il a non seulement permis de verser un dividende annuel de 64,77€ mais aussi d'injecter près de 8 % du résultat dans des réserves qui s'élèvent au total à 7,09€ (vs 5,64€ en 2013).

 

Pour 2015, projets et confiance restent de rigueur. Le caractère européen s'accentuera à « grande échelle » « si les tendances du marché français observées l'année dernière se maintiennent avec un excès de liquidités sur le marché de l’investissement et un contexte réglementaire moins favorable à l’investisseur (loi Pinel) ». En d'autres termes, la SCPI entend privilégier « les marchés les moins en proie aux tensions inflationnistes générées par l’afflux d’investisseurs ». Du côté des prévisions, après avoir versé le 10 avril, 19,15€, Corum AM estime le dividende annuel autour de 62,4€. Un montant en baisse (-3,65%) par rapport à celui versé en 2014 (64,77€) . Mais, la SCPI aime surprendre…. en bien. L'année dernière, à la même époque, n' anticipait -elle pas un revenu à 61,8€ ?

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant