Corse : une enquête ouverte après l'évacuation musclée de la préfecture de Bastia

le
4
Un des professionnels corses occupant le hall de la préfecture de Bastia pour protester contre la grève à la SNCM est évacué par la force le vendredi 4 juillet 2014.
Un des professionnels corses occupant le hall de la préfecture de Bastia pour protester contre la grève à la SNCM est évacué par la force le vendredi 4 juillet 2014.

Une enquête préliminaire a été ouverte après l'évacuation musclée, vendredi à Bastia, d'acteurs économiques locaux qui occupaient la préfecture de Haute-Corse pour dénoncer la grève des marins de la SNCM, la troisième de l'année et qui dure désormais depuis deux semaines. Les inspections générales de la police et de la gendarmerie nationale ont été saisies, a annoncé lundi le préfet de Haute-Corse Alain Rousseau. Quant aux images de la scène diffusées par France Télévisions, elles ont fait le tour du "Web insulaire" en seulement quelques heures, suscitant des commentaires indignés d'anonymes, mais aussi d'élus locaux. Regardez les images mises en ligne sur le site de France 3 Corse Via Stella :Vendredi dernier, vers 19 heures, les représentants d'organisations professionnelles corses qui occupaient pacifiquement le hall de la préfecture, pour dénoncer les risques d'asphyxie de leurs entreprises par le mouvement social à la SNCM, ont été évacués, avec fracas, par les forces de l'ordre. Ces professionnels insulaires exigeaient notamment de l'État des mesures afin de débloquer un navire cloué à quai, à Marseille, par les marins de la SNCM. Ils sollicitaient également la venue du maire de Bastia, le nationaliste modéré Gilles Simeoni, pour une médiation. Et c'est, selon certains participants, cette requête qui aurait mis le feu aux poudres. Gilles Simeoni, qui s'est présenté pour les rencontrer, n'est d'ailleurs jamais...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • opelin le lundi 7 juil 2014 à 17:48

    Les CRS ne font que ce qu'on leur dit de faire. Et il est effectivement plus facile de taper sur des "lambdas" que sur des CGTistes purs et durs. Le gouvernement (à juste titre) joue le pourrissement qui permettra de se débarrasser définitivement de cette entreprise gangrenée par la CGT qu'est la SNCM.

  • jbellet le lundi 7 juil 2014 à 16:47

    il ne fait pas bon défendre son entreprise et les emplois dans ce pays! messieurs les crs vous vous etes trompés de cible, ce sont les cgtistes qu'il faut virer

  • M8252219 le lundi 7 juil 2014 à 16:46

    que de faire face à la cgt et à sud

  • M8252219 le lundi 7 juil 2014 à 16:45

    il est préférable pour le gouvernement de frapper ceux qui sont mécontent des grèves et qui en subissent les conséqueces