Corse : les nationalistes défient Valls

le , mis à jour à 07:15
0
Corse : les nationalistes défient Valls
Corse : les nationalistes défient Valls

Jean-Guy Talamoni, président de l'Assemblée de Corse, assume. Il ne renie en rien son provocateur « la France est un pays ami » lancé en janvier, après la victoire historique des nationalistes aux régionales. Inacceptable pour Matignon. « Ce n'était pas de l'humour », nous confie Talamoni, qui va plus loin. « Je n'ai jamais considéré que la Corse était française. Pour moi, la Corse est un pays, pas une entité administrative française. Je ne suis pas devenu français parce que je suis devenu président de l'Assemblée nationale de Corse ! » Un missile contre la ligne édictée par le Premier ministre, ouvert à un statut spécifique, mais dans le strict cadre de la Constitution. Entouré de quatre ministres, Manuel Valls est arrivé tard hier soir en Corse pour son premier déplacement depuis son entrée à Matignon. Et il compte bien insister sur la présence de l'Etat dans l'île. « La Corse a une place dans la République, mais le Premier ministre parlera aussi de la place de la République et de l'Etat en Corse », prévient-on fermement à Matignon.

 

Officiellement, le maître mot sera « dialogue ». « Les relations sont constructives », assure le Premier ministre à notre journal. « Ce n'est pas non plus embrassons-nous Folleville, mais quand on discute avec Manuel Valls et les ministres, c'est beaucoup plus détendu », convient Talamoni. Paroles, paroles ? Dans les faits, les nationalistes attendent Manuel Valls de pied ferme. Le président de l'Assemblée de Corse, comme celui du conseil exécutif Gilles Simeoni, défendent plus que jamais leurs revendications.

 

Sur le fond des dossiers, un monde sépare Paris d'Ajaccio et Bastia. Les nationalistes attendent des avancées sur la création d'une agrégation de corse, sur la fiscalité du patrimoine ou la spéculation immobilière, tout en les jugeant d'avance « insuffisantes ». « Le gouvernement ne donnera jamais assez pour eux. Ce qu'ils exigent, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant