Corse : les images des violents heurts lors d'une manifestation nationaliste

le , mis à jour le
1
La veille au soir, de violents incidents avaient déjà éclaté sur la place du Marché de Bastia entre des jeunes cagoulés et les gardes mobiles, faisant quatre blessés parmi les forces de l'ordre. 
La veille au soir, de violents incidents avaient déjà éclaté sur la place du Marché de Bastia entre des jeunes cagoulés et les gardes mobiles, faisant quatre blessés parmi les forces de l'ordre. 

De l'aveu même d'un jeune militant indépendantiste, « il fallait bien que ça explose à un moment ou à un autre... ». Ce fut ce samedi. De violents incidents ont éclaté aux abords de la préfecture de Haute-Corse entre une cinquantaine de jeunes nationalistes cagoulés et des forces de l'ordre, en marge d'une manifestation de soutien aux prisonniers dits « politiques », à Bastia. Tenues de peintres en bâtiment pour certains, masques à gaz pour les autres. Fusées de détresse, cocktails Molotov ont enflammé les abords de la préfecture de Bastia, peu après 16 h 30. Une cinquantaine de casseurs déterminés, postés sur le square Maréchal Leclerc, ont visé une compagnie de CRS qui a riposté par une pluie de grenades lacrymogènes.

Des heurts qui se sont propagés dans tout le centre-ville de Bastia, théâtre de violents incidents qui se sont poursuivis jusque dans la soirée de samedi. Les casseurs ont commencé à incendier la Poste centrale, atteinte par des cocktails Molotov, tout comme des banques ciblées par les jeunes cagoulés, qui ont mis le feu à plusieurs dizaines de poubelles et de palettes dans des rues du centre-ville. Des scènes de guérilla urbaine incontrôlables, y compris même pour les responsables politiques insulaires.

"Libertà"

Présent lors de la manifestation en début d'après-midi au même titre que de nombreux élus nationalistes, le président autonomiste du conseil exécutif de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3435004 il y a 5 mois

    Il faut que les policiers attaqués "ad hominem" par le feu puissent se défendre par le feu : tir à balles en caoutchouc et grenades. A Bastia, à Grigny et partout ailleurs.