Corse : le FLNC annonce qu'il dépose les armes

le
2
Corse : le FLNC annonce qu'il dépose les armes
Corse : le FLNC annonce qu'il dépose les armes

C'est une première dans l'histoire du groupe corse. Le FLNC, Front de libération corse (ou Fronte di Liberazione Naziunale Corsu) lâche le combat. La mouvance nationaliste annonce ce mercredi qu'elle enclenche « sans préalable et sans équivoque aucune un processus de démilitarisation et une sortie progressive de la clandestinité », comme elle le détaille dans un communiqué.

Evoquant l'avenir, les auteurs assurent «prendre leurs responsabilités» et demandent aux élus insulaires d'en faire autant. Le FLNC salue également dans son communiqué les dernières résolutions de l'Assemblée de Corse, dont le vote d'un statut de résident, destiné à enrayer la spéculation foncière et immobilière. «Il s'agit d'un pas courageux, plein d'espoir et confiant en l'avenir de notre peuple» et il contribue à «tracer les contours d'une solution politique».

Un avenir éloigné «du système déliquescent qui gangrène la Corse»

Dans la dernière page du communiqué, l'organisation demande «solennellement» à tous les dirigeants politiques, qui représentent l'île au niveau national, «d'entreprendre en toute logique, dans le cadre de l'évolution de nos institutions et l'instauration d'un nouveau statut négocié avec l'État français, le règlement de la question des prisonniers et recherchés politiques».

Ils assurent souhaiter un avenir éloigné «du système déliquescent qui gangrène la Corse».

38 ans d'actions

C'est dans la nuit du 4 au 5 mai 1976 que le FLNC fait ses premières armes. 22 attentats secouent la Corse, Nice et Marseille. Cet épisode, la «nuit bleue», sonne la naissance du plus grand groupe armé nationaliste corse. Le groupe milite pour l'indépendance de l'Île de beauté. Depuis, en 38 ans, le FLNC a revendiqué de nombreux attentats. 

CHRONOLOGIE INTERACTIVE. Les dates clés du mouvement corse FLNC

(Crédits/Elisa Perrigueur)

VIDEO. Début juin, une branche du FLNC menaçait de reprendre les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • j.delan le jeudi 26 juin 2014 à 10:00

    Qui peut croire ces voyous qui évoquent une négociation avec l'état français....!!

  • marcsim5 le jeudi 26 juin 2014 à 09:53

    Qui va récupérer les contrats d'assurance en déshérence ???