Corruption-Turquie et Chine épinglées par Transparency International

le
0

BERLIN, 3 décembre (Reuters) - La Turquie et la Chine sont les pays qui accusent le recul le plus marqué dans l'indice de perception de la corruption annuel de l'ONG Transparency International publié mercredi. L'organisation allemande, en pointe dans la lutte contre la corruption, publie chaque année un classement dans lequel 175 pays sont notés de 0 - pour les plus corrompus - à 100 - pour les plus transparents - en fonction de la perception de leur performance. En 2014, plus de la moitié des pays se classent en dessous de 50, dont la Turquie et la Chine, qui perdent respectivement cinq et quatre points. Avec 45 points, la Turquie subit le contrecoup du scandale de corruption qui a éclaboussé le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan il y a un an. Quant à la Chine, elle est encore plus mal classée, avec 36 points, malgré les efforts affichés par le président Xi Jinping pour faire le ménage dans les rangs du parti communiste. Les pays jugés les plus corrompus sont la Somalie, la Corée du Nord, le Soudan, l'Afghanistan et le Soudan du Sud. A l'autre bout de l'échelle, c'est le Danemark qui décroche la palme du pays le plus transparent avec 92 points. Il devance la Nouvelle-Zélande, la Finlande, la Suède et la Norvège, des habitués du haut du classement. L'Ukraine (26 points) est le pays européen où la perception de la corruption est la plus élevée, un héritage du régime du président Viktor Ianoukovitch, renversé en février, tandis que l'Italie, la Grèce et la Roumanie ferment tous trois la marche au sein de l'Union européenne avec 43 points. (Michael Nienaber; Tangi Salaün pour le service français) )

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant