Corruption : les Roumains continuent de réclamer la démission du gouvernement

le
0
Corruption : les Roumains continuent de réclamer la démission du gouvernement
Corruption : les Roumains continuent de réclamer la démission du gouvernement

Bleu, jaune, rouge : des dizaines de milliers de manifestants ont formé dimanche à Bucarest un drapeau roumain géant illuminé par leurs téléphones portables pour réclamer la démission du gouvernement qu'ils accusent de miner la lutte contre la corruption.

 

Bravant des températures glaciales pour le 13e jour consécutif, près de 80 000 personnes, dont de nombreux jeunes et des familles venues parfois avec leur chien, sont descendues dans les rues des grandes villes de Roumanie pour exprimer leur défiance face à l'exécutif social-démocrate et «défendre l'Etat de droit».

 

VIDEO. Les Roumains manifestent à Bucarest

 

A Bucarest, ils étaient jusqu'à 50.000 rassemblés devant le siège du gouvernement, place de la Victoire, scandant en choeur «voleurs» et «démission», selon les estimations de plusieurs médias roumains dont la télévision publique, les autorités ne donnant pas de chiffres.

 

A 21 heures locales, les protestataires ont tenu le défi lancé sur les réseaux sociaux en formant un immense drapeau roumain grâce à des panneaux de couleurs illuminés par les lumières des téléphones portables. Dans le reste du pays, près de 30 000 personnes ont défilé, dont 10.000 à Cluj, la grande ville de Transylvanie, 4.000 à Timisoara (ouest) et 5.000 à Sibiu (centre).

 

Un mouvement sans précédent depuis 1989

 

Moins d'un mois après son investiture, le gouvernement roumain dirigé par le Parti social-démocrate (PSD) a suscité un mouvement de contestation populaire sans précédent depuis la chute du communisme en 1989 après avoir pris le 31 janvier, de nuit et en catimini, un décret assouplissant la législation anticorruption.

 

Celui-ci aurait permis aux fonctionnaires et aux responsables politiques d'échapper à des peines de prison en cas d'abus de pouvoir constituant un préjudice inférieur à 44 000 euros. Le chef du PSD, Liviu Dragnea, poursuivi pour abus de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant