Corruption et développement, enjeux des élections en Tanzanie

le
0

DAR ES SALAAM, 25 octobre (Reuters) - Les Tanzaniens se rendent aux urnes dimanche à l'occasion d'élections législatives et présidentielle au cours desquelles le parti au pouvoir depuis plus d'un demi-siècle espère l'emporter face à l'ancien Premier ministre Edward Lowassa qui a fait campagne en dénonçant la corruption et la lenteur des réformes. Le parti Chama cha Mapinduzi (CCM) fait face à une pression croissante de la part des électeurs pour accélérer le développement d'importantes ressources en gaz et pour réduire une pauvreté persistante. Les sondages et les observateurs prévoient une victoire de John Magufulli, candidat du CCM à la présidentielle, mais beaucoup s'attendent à voir la majorité du parti au pouvoir se réduire lors des législatives, l'opposition ayant pour la première fois réussit à s'unir derrière un candidat commun. Les bureaux de vote ont ouvert à 07h00 (04h00 GMT) et doivent fermer à 13h00 GMT. "Je vais voter pour Lowassa car sa politique donne de l'espoir aux Tanzaniens. Nous sommes fatigués depuis longtemps du parti au pouvoir", a commenté un homme d'affaires avant l'ouverture du scrutin. Pendant la campagne, l'opposition a accusé le CCM d'avoir utilisé l'administration pour truquer les élections et pour intimider ses candidats. Les opposants ont indiqué qu'ils n'accepteraient leur défaite que si les opérations de vote se déroulent de manière libre et équitable. "Si cela n'est pas le cas, je ne reconnaîtrai pas la défaite", a dit Lowassa lors de son dernier meeting de campagne. Le président sortant, Jakaya Kikwete, qui s'apprête à quitter le pouvoir après avoir servi deux mandats a lancé un appel au calme mais les observateurs s'inquiètent des tensions dans l'archipel de Zanzibar où l'opposition a dénoncé des actes d'intimidation. Magufulli et Lowassa ont tous deux mobilisé plusieurs dizaines de milliers de partisans lors de leurs rassemblements électoraux, promettant de réduire les fréquentes coupures d'électricité et de permettre aux plus défavorisés de bénéficier de la croissance économique. Ils ont également fait campagne sur la lutte contre la corruption et sur l'amélioration du réseau routier et des infrastructures dont le délabrement pénalise l'activité commerciale et pèse sur la vie quotidienne. Le projet de construction d'un complexe de gaz naturel liquéfié d'un montant de plusieurs milliards de dollars semble à l'arrêt au moment où le pays compte sur cette ressource naturelle pour accélérer son développement. (Drazen Jorgic et Fumbuka Ng'wanakilala; Pierre Sérisier pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant